Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

des mots et des notes

Publié le 21 Mai 2014 par F/.

Je serai demain, et pour trois jours, aux Imaginales d’Épinal. L'occasion de croiser des copains, de saluer des lecteurs, et de revoir un documentaliste messin chez qui j'ai eu la chance de faire une rencontre assez extraordinaire la semaine dernière (il se reconnaîtra)(il s'appelle Yannick). De façon générale, le rythme de mes interventions en collèges, lycées et médiathèques devrait enfin se calmer pour 2013-2014 - j'en aurai encore fait une quarantaine cette année, sans compter celles de La Réunion et, de façon globale, j'ai l'impression que le niveau grimpe (ou alors, je deviens très indulgent). Cela fait maintenant plusieurs années que je me dis qu'il serait opportun de publier un petit billet expliquant ce qu'est, de mon point de vue, une rencontre réussie - un billet qui livrerait quelques conseils aussi, pour ce que vaut mon expérience. Je vais essayer de faire ça prochainement.

Nombreux projets éditoriaux à l'horizon mais je ne peux en évoquer aucun à ce stade. Septembre verra néanmoins la sortie d'un livre assez à part dans ma bibliographie, consacré à l'entrée en sixième. Je vous en dirai plus quand je serai autorisé à le faire et, surtout, que j'aurai des choses à montrer. Pour le reste, je suis actuellement plongé - le terme est approprié s'il décrit une descente en apnée effectuée d'une traite ; quelques phrases comme des comètes, des heures de méditation - dans les Aphorismes de Zürau de Kafka, écrits, ou plutôt composés, lâchés comme des rêves multicéphales pendant le séjour de l'écrivain chez sa sœur Ottla - huit mois presque paisibles, loin de Prague, loin de la guerre, au sein d'un petit village de Bohème. C'est absolument sublime, et ça enfonce une bonne partie de TOUT ce qui a été publié par la suite, mais là n'est pas la question. Les Aphorismes se vivent ; ils sont comme des lumières inversées dans un monde sans cesse mouvant, celui du combat et des signes tronqués. "Deux règles pour commencer ta vie : réduire toujours plus ton cercle et vérifier à chaque fois que tu n'es pas caché à l'extérieur de ton cercle."

Le Salad Days de Mac DeMarco, branleur et parfois kinksien, évoque les premières heures de Beck, soit une certaine langueur laidback teintée de malice et de joie naïve. Un seul reproche (à part le fait que ce garçon ne révolutionnera jamais rien, mais ça ira très bien comme ça) : sa brièveté. A part ça, et puisqu'on parle des Kinks, je réécoute en boucle le Odessey and Oracle des Zombies, gemme pop discrète et merveilleuse - l'une des plus belles des sixties, qui n'en manque pourtant pas. Indéboulonnable.

Commenter cet article

Erik 26/06/2014 10:16

Découvert l'été 92 grâce à un copain fan des sixties, cet album des Zombies me suit depuis lors. Assurément une pépite pop qui me secoue de frissons joyeux à chaque écoute. L'un des manifestes de ce que j'aime en chanson - une simplicité de façade,des harmonies vocales, un écheveau d'arrangements, des mélodies mémorables, une invention de tous les instants - et pas trop de guitares.