Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

l'année 93

Publié le 11 Mai 2016 par F/.

l'année 93

Cette semaine marque pour moi le début d'une résidence de presque un an à La Courneuve. Régulièrement, je vais me rendre là-vas pour animer rencontres, débats et ateliers d'écriture auprès de nombreux publics (c'est l'une des raisons pour lesquelles je risque de me faire plus rare en salons cette année). Mon QG ? La magnifique médiathèque Aimé Césaire, construite sur le site de l'ancienne usine Mecano - lettres d'or et dentelles de métal - le long de la voie de chemin de fer (j'aime beaucoup l'avenue Victor Hugo, gentiment ombragée, qui mène à cet édifice, il y flotte un lancinant parfum de nostalgie - j'ai noté, par exemple, la présence d'un vieux café qui fait aussi hôtel, il faudrait un Modiano de banlieue pour chanter la mémoire de ces lieux irréels). La résidence va s'articuler autour de trois axes principaux : le football, avec l'arrivée de l'Euro et la sortie aujourd'hui d'un petit roman dédié à ce sport chez Rageot ; l'incitation à la lecture (je prépare un ouvrage autour de ce sujet) ; et un projet centré autour d'une gloire olympique locale oubliée, réservé aux adultes, car tournant autour de la problématique réalité / fiction. Nous prévoyons aussi des rencontres publiques, avec invités - je vous en dirai plus lorsque j'en saurai plus.

"Ainsi en est-il de la mort. On prétend que nous survivons dans le souvenir de ceux qui nous ont aimés. Quand tous ceux qui nous ont aimés meurent à leur tour arrive le temps de la disparition essentielle. Ce qui subsiste de nous, à l’heure numérique, et si nous n’avons pas écrit nous-même, dans le vague et vain espoir de laisser des traces, ce sont des informations factuelles. L’état civil, des choses que nous avons faites ou dites, des lieux où nous avons été, des photos prises de nous, et qui nous échappent, et qui seront un jour tout ce qui restera, avant qu’il ne reste plus rien."

Commenter cet article