Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

lisière

Publié le 30 Janvier 2009 par F/.

Ma critique de Le Fond des forêts de David Mitchell est en ligne - ainsi que l'interview de l'auteur. D'autres articles devraient suivre.
Voilà voilà.
Ceux qui ont un pied, ou les deux, dans le milieu de la SF française comprendront que je n'ai pas réellement le coeur à poster là tout de suite maintenant. Je serai à Nantes de lundi à mercredi prochain, pour diverses rencontres.
Les mots me manquent. Stay tuned.
commentaires

nouvelles

Publié le 29 Janvier 2009 par F/.

Quelques repères temporels : le tome 1 de La Saga Mendelson sort en avril au Seuil jeunesse. Le tome 1 de ma yet-to-be-named trilogie de vampires victoriens arrive en octobre chez Gallimard jeunesse - mois qui verra aussi la parution de Big Fan (titre définitif ?), mon roman-radiohead-weirdo chez Inculte, et du second tome de La Saga... sus-citée. C'est tout pour les dates sûres.
Par ailleurs, la signature du contrat roman Elric / Moorcock / Fleuve Noir n'a jamais été aussi proche mais on va attendre encore peu pour se mettre minable au brut de pomme frelaté because...




Dans le Magazine Littéraire de ce mois-ci, j'ai pondu un article qui s'appelle Now Future (je ne suis pas très sûr que le titre soit de moi)(je ne suis pas très sûr de l'article non plus, en fait)(mais bon : un merci à Claro).



Et pour ceux que ça intéresse : je serai à St Malo, sur l'île d'Oléron et à Rennes au cours de ce premier semestre. Allez dire ensuite que je ne jure que par l'Alsace...

http://imagesforum.doctissimo.fr/mesimages/1527877/1418_coiffe_bretonne.jpg
commentaires

lapin blanc

Publié le 29 Janvier 2009 par F/.

Il y a trois jours, j'interviewais Andrew Sean Greer, l'auteur du récent et très beau Histoire d'un mariage, chez l'Olivier. Son précédent roman, Les Confessions de Max Tivoli (dont l'histoire ressemblait tellement - par hasard - au script de Benjamin Button que les producteurs de ce derniers proposèrent de lui en racheter les droits, ce qu'il refusa) avait été loué, dans les pages du New Yorker, par un certain John Updike, qui n'avait pas hésité, dans un élan de généreuse confraternité littéraire, à comparer son auteur à Proust et à Nabokov. Updike avait critiqué Histoire d'un mariage ensuite. Il l'avait moins aimé, mais il l'avait critiqué. "Il me prenait au sérieux", me confiait Andrew Ean Greer.
Au lendemain de notre conversation, Updike, le père de Rabbit, l'enfant asthmatique de la Pennsylvanie, rendait son dernier souffle.

http://mattdavisopenshismouth.com/wp-content/uploads/wieland-johnupdike1v.jpg
Il était l'un des écrivains de mes vingt ans. Un hommage léger ? Le pastiche d'On the road, publié dans les pages du Harvard Lampoon dont il fut un temps le bienheureux rédacteur-en-chef.

Those dutiful dogtrots down airport corridors
while gnawing at a Dunkin' Donuts cruller,
those hotel rooms where the TV remote
waits by the bed like a suicide pistol,
those hours in the air amid white shirts
whose wearers sleep-read through thick staid thrillers,
those breakfast buffets in prairie Marriotts—
such venues of transit grow dearer than home.

The tricycle in the hall, the wife's hasty kiss,
the dripping faucet and uncut lawn—this is life?
No, vita thrives via the road, in the laptop
whose silky screen shimmers like a dark queen's mirror,
in the polished shoe that signifies killer intent,
and in the solitary mission, a bumpy glide
down through the cloud cover to a single runway
at whose end a man just like you guards the Grail.
commentaires

big fan (1)

Publié le 27 Janvier 2009 par F/.

Quatre mois à mater des films de zombie en macérant dans mon jus, maman, appel à toutes les unités, je répète et, à la fin, je ne savais même plus si les lambeaux de chair qui jonchaient mon tapis étaient réels ou non mais ce n'était pas très grave au fond, parce que bientôt, très bientôt, l'ombre de Thom Yorke allait paraître sur le seuil, la basse d'Airbag dans son sillage, bientôt, sans tarder, une déferlante de plomb engloutirait mes peurs et les quatre points cardinaux se réduiraient à ces mots : routine, parano, terreur et effet de masse.

 

http://www.kitsunenoir.com/blogimages/okcomputer_1920x1200.jpg

 


commentaires

l'Inde est un pays sympa

Publié le 27 Janvier 2009 par F/.

Et donc, Priyanka Chopra (miss Monde 2000) a du vent dans les cheveux et un homme, qui aurait pu être Roland Magdane, se retient pour ne pas se caresser la moustache.
Un monde nouveau s'ouvre à moi.

commentaires

allez savoir

Publié le 25 Janvier 2009 par F/.

http://mayhem-chaos.net/photoblog/images/weird_bubble.jpg
commentaires

bollywood

Publié le 24 Janvier 2009 par F/.

Difficile d'expliquer le bonheur ressenti à la fin de Slumdog Millionaire sans tomber dans la mièvrerie ou le schéma réducteur. Disons simplement que les types du Masque et la Plume risquent de ne pas aimer - pas plus que tous ceux qui estiment qu'un film doit nécessairement refléter une pensée ou un parti-pris cinématographique, et ne saurait se contenter de raconter une histoire, ou de rendre les spectateurs (même brièvement) heureux.


commentaires

escales 2010

Publié le 23 Janvier 2009 par F/.

La sélection des nouvelles pour l'antho de Serge Lehman est terminée. Quinze heureux (enfin, quinze, si on veut), 225 textes refusés, et beaucoup de discussions sur les forums, avec leur lot réglementaire d'aigreurs et d'incompréhensions. D'abord, il faut saluer le boulot de Gilles Dumay : sortir une antho de nouvelles françaises ne rend pas riche, loin s'en faut. Un certain nombre d'éditeurs y ont même laissé des plumes. Dumay aime ce qu'il fait, et inversement : dans le paysage éditorial actuel, c'est une sacrée qualité.

J'ai eu Serge au téléphone hier, il m'a raconté toutes les nouvelles et c'était fabuleux. Je veux dire, tout le monde sait à peu près ici que je ne nourris pas une passion vertigineuse pour la science-fiction - pas, en tout cas, pour l'image de la SF telle qu'elle semblait se dégager des anthologies précédentes, publiées il y a quelques années au Fleuve Noir. Mais beaucoup de choses ont changé.

http://www.tomswift.org/winston/winston_science_fiction_endpapers.jpg
Premier constat : à l'exception de Jean-Claude Dunyach, aucun grand nom de la génération Fleuve Noir, justement, n'apparaît au sommaire : ni Wagner, ni Ligny, ni Ayerdhal, ni Genefort. Non que ces écrivains aient vu leurs textes refusés : tout simplement, ils n'en ont pas envoyé - et, d'une certaine façon, ça me paraît plus significatif encore.

Ensuite, évidemment, seul un texte de débutant a résisté à l'écrémage. Rien d'étonnant à cela quand on relit l'appel à textes : "Je souhaite juste publier un grand livre de science-fiction, rempli d’histoires splendides. Un livre intense où s’exprimeront les voix du moment, aussi claires et puissantes que possible." Le débutant fait ce qu'il peut : face à une horde de jeunes fauves confirmés (ou semi) violemment désireux de voir leur nom inscrit au palmarès du grand livre en question, il n'a quasi aucune chance.

Le sommaire, au final, abrite à peu très tous les gens que j'aime bien. Je ne citerai pas leurs noms, ce n'est pas mon job. Disons qu'il y a une fine blonde dans le tas, et un type qui fait aussi de la musique, et un autre type qui a une belle barbe, et un jeune crétin qui fait des couvertures, etc.

Surtout, Serge m'a vanté le texte d'un auteur "semi-pro" dont j'ai eu la chance de lire les premiers écrits il y a un bon paquet d'années maintenant et que je me félicite plus que jamais (et sans vergogne, notez bien) d'avoir repéré (je n'étais certes pas le seul), voire quelque peu encouragé (bon, je ne suis plus très sûr, en fait ; mais je suis certain de ne lui avoir pas dit de tout arrêter, au moins ; je suis même certain de m'être dit "voilà un écrivain"). Bref : l'auteur en question est devenu un copain - il se reconnaîtra sans peine en sale petit cafard alsacien qu'il est.

http://farm1.static.flickr.com/124/420793297_25fabef3d8_o.jpg
Les autres histoires paraissent grosso modo fabuleuses. Leurs pitchs, au moins. Ce qui leur a donné naissance. Très peu de space opéra, beaucoup de trucs bizarres, simplement saisissants, des claques, des saignées, des trouées de lumière.

Une remarque de Serge, en passant, m'a frappé. Il m'a parlé de mon texte, et de celui d'un ami. Il m'a dit "avec toi et X (et je suis certain que X, lui aussi, se reconnaîtra sans le moindre mal), j'ai eu le sentiment de m'être fait un peu avoir". Comprendre : "toi et X, vous désiriez tellement figurer au sommaire de cette anthologie que vous m'avez écrit des textes pas spécialement géniaux mais presque impossible à refuser, conceptuellement parlant." Ouais, X et moi, nous savons faire ça : des trucs que nous sommes les seuls à pouvoir écrire. Des trucs qui font dire à l'anthologiste, non pas "oh mon dieu quelle merveille" mais "mm - ce serait dommage de se priver d'une connerie pareille."
Non, ce ne sont certainement pas nos meilleurs textes (là, je ne peux parler que pour moi - X confirmera peut-être) mais, très étrangement, nous voulions être de cette antho de SF, nous qui au fond n'en écrivons plus depuis des siècles et n'en avons probablement jamais écrit - nous voulions en être, en écrivant nos textes trois jours avant la deadline comme il se doit, parce que, précisément, nous suspections l'anthologiste d'avoir donné un sens nouveau au mot science-fiction - ce qui était exactement ce que nous pouvions attendre de lui. Et nous pouvons être fiers : non pas d'avoir été retenus, en méchants truqueurs / séducteurs que nous sommes (à un moment, Serge pensait que j'étais X et inversement ; passé le frisson initial, cette confusion m'a empli d'une joie puérile), mais d'être montés dans le train, en si folle et belle compagnie.

http://blog.wired.com/photos/uncategorized/2007/05/29/amazing1927wellswarofworlds2_4.jpg
Je peux me tromper, et je ne me base encore une fois que sur ce que Serge m'en a raconté, mais je soupçonne que les perles véritables d'Escales 2010 n'émaneront pas forcément des auteurs attendus : il y aura au sommaire suffisamment de têtes brûlées et de chiens fous pour combler vos appétits de weirdness, de sauvagerie et de littérature.
commentaires

enfin libres !

Publié le 21 Janvier 2009 par F/.

Les filles de l'ex-Prez GBJr vont enfin pouvoir reprendre une vie normale :

commentaires

ah ouais quand même

Publié le 20 Janvier 2009 par F/.

"This is the source of our confidence — the knowledge that God calls on us to shape an uncertain destiny."

http://blogs.lesoir.be/moi_jeux/files/2008/02/obama.jpg

commentaires
1 2 3 > >>