Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

are we human or are we dancers ?

Publié le 20 Novembre 2008 par F/.

On a évoqué Duran Duran, Robert Palmer, les Pet Shop Boys et pire (mieux ?) encore au sujet de Day and Age, le dernier album des Killers qui sort ces jours-ci partout dans le monde. "This is what the 80's should have fuckin sounded like", a avancé un journaliste, et je ne suis pas loin de partager cet avis. S'il faut reconnaître un mérite à Brandon Flowers (en-dehors de ses - parfois - ahurissants talents de mélodiste), c'est celui d'ignorer consciencieusement le sens des mots "bon goût," "baroque" ou "ridicule". Après tout, ces gens viennent de Vegas, ok ? Tremblez donc, vous qui entrez ici, et sachez qu'aucun saxo, aucune nappe de synthé, aucun final grandiloquent ne vous sera épargné.


http://microsites.nme.com/syndication/images/BrandonFlowers1_01.jpg


Mais après tout, n'avons-nous pas été abusés, voire musicalement castrés par deux décennies de critiques Inrock finalement politiquement correctes ? Faut-il m'abattre si j'ai aimé INXS ou les Simple Minds ? Chaque lecteur des Inrocks ou de Magic cache en son coeur des dizaines de secrets honteux semblables - des chansons qui auront bercé sa prime adolescence mais qu'il aura impitoyablement renié aux alentours de 1991, quand sont arrivés les Pixies, les Sundays et les Boo radleys (au hasard). Quelque part entre Matt Bianco et Radiohead, les Killers ringardisent le concept de ringardise.

Commenter cet article

Bruno 21/11/2008 19:57

Moi j'aimais bien, du fond de mon immense inculture musicale, Mister Brightside, qui bougeait bien.

Fab, tu pourras m'indiquer tous les groupes que tu connais avec toutes les caractéristiques que tu cites? (nappe de synthé, final grandiloquent...) Tout ceci correspond à ce que j'aime bien en musique.
J'aime quand y a à bouffer, même si au bout de 8 heures d'affilée de festin, on finit par être un peu écoeuré.
Même chose qu'en littérature. Si ça manque de boursouflure, d'emphase, de prétention, je finis toujours par m'emmerder un tout petit peu beaucoup...

agnès 21/11/2008 17:55

rhôôô! si on peut même plus digresser un peu..

agnès 21/11/2008 16:52

l'idée même d'écrire "après" est stérile... un leurre en soi
mais cesser de jouer au plus malin... je ne suis pas bien sûre que ça aille mieux, après. on se concentre, on élague, on ampute, .. mais est-on plus juste ? seulement plus éclairé, plus écorché..

F/. 21/11/2008 16:58


Ouais enfin à la base les gars je parlais juste de l'album des killers.


Gab 21/11/2008 14:47

Il ne faut pas l'écrire après lui. Il faut juste le savoir.
Une fois que c'est fait, on arrête de jouer au plus malin et tout va mieux.
Et les libres penseurs dépressifs continueront encore longtemps à tenter de savoir si leur nombril leur appartient.

agnès 21/11/2008 14:41

putain, c'est tout le drame... je est un autre, c'est d'une telle violence, d'une telle limpidité, mais comment oser l'écrire après lui...
faudrait pouvoir brûler les génies sur la place publique pour l'intégrité mentales des libres penseurs dépressifs (ce qui est un pléonasme en soi, il faut s'y résoudre...)