Regardez bien la pochette du nouveau Animal Collective : oui, Merriweather post pavilion est vivant, oui, il pulse d'une énergie farouche - un tourbillon organique et coloré où forniquent sans retenue beats hystériques, choeurs wilsoniens et jaillissements d'euphories tribales. Certains voient déjà en ce monument psyché - le neuvième album du groupe, et le plus abouti sans doute - un successeur au Loveless de MBV. Une chose est certaine : avec ces onze chanson tétanisantes, la barre pour 2009 est déjà mise absurdement haut.