Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

douce comme la braise

Publié le 7 Avril 2009 par F/.

On se demande un peu comment elle a pu rester ne serait-ce qu'une seconde dans l'ombre de Polyphonic Spree et de Sufjan Stevens ; on imagine qu'elle fourbissait ses armes, qu'elle ruminait ses accords, qu'elle souriait doucement en coin, sûre de ses effets. Elle était sortie de l'ombre en 2007 avec Marry me (euh, d'accord), elle explose aujourd'hui avec Actor : Annie Clark, aka St Vincent, est peut-être la meilleure chose qui soit arrivée à la pop féminine éthérée/creepy à guitares (et cordes)(et cuivres) depuis My Brightest diamond. Les fées et lutins Midlake, Kate Bush, Prince, David Bowie ou Arcade Fire ont peut-être dansé la gigue au-dessus du berceau mais pour voler à travers les flammes, Annie n'a jamais eu besoin de personne.

http://2.bp.blogspot.com/_L02bmhFzqxY/SJuRLxZtQzI/AAAAAAAAADg/LVaA6fxT4_g/s320/stvincent.jpg



Commenter cet article

zoyd 07/04/2009 11:13

Connais pas Midlake, mais pour le reste entièrement d'accord.
Où se cachait-elle donc parmi les Sprees ?