Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

Alsace usual

Publié le 23 Novembre 2011 par F/.

Kasabian hier au Zénith : devant une fosse archi-comble, le groupe balance ses hymnes imparables avec une gouaille électrisante qui rappelle le Blur de la grande époque, l'esprit bad boys en plus. Ce tiraillement perpétuel entre grandiloquence de stade (première partie de Muse en 2010) et crédibilité indie (ahem), on le retrouve jusque dans les exhortations de Tom Meighan, des "raise your hands Paris !" un peu lassants mais de rigueur aux joyeux "fucking fuck" balancés à tout bout de champ. Il n'empêche : j'avais rarement vu le Zénith dans un tel état de transe. Bombinettes proto-punk, ballades crépusculaires, délires western en cinémascope (une reprise du thème de Pulp Fiction balaie la salle comme une tempête de désert), rap rugueux et basses kolossales : le quintet de Leicester aura mis à peu près tout le monde d'accord.

 

Capture-copie-1.JPG

 


 

Hier, en faisant des recherches sur Allen Ginsberg suite à la lecture du premier tome des entretiens de la Paris Review opportunément publié par Christian Bourgois, je suis tombé là-dessus : ah-ouais-quand-même.

 


 

Déjeuner avec l'excellent Jean-Luc Fromental, aussi, mon bon-gros-géant à moi : je sors toujours gonflé à bloc de ces escapades gourmandes, riche cette fois de quelques conseils avisés et d'une réédition magique :

 

http://bdi.dlpdomain.com/album/9782205069273-couv-I400x523.jpg

 


 

Ce week-end, faut-il le rappeler - oui, il le faut -, je serai à Colmar pour le 22e Salon du livre du même métal où vous pourrez notamment retrouver (sélection toute personnelle) : Craig Johnson, les inoxydables Pierre Dubois & Pelot, mes beau-père et oncles (la fratrie Werner au quasi-complet) et, rayon jeunesse, ma copine Nathalie Dieterlé, l'inévitable Lorris Murail et mon éditeur/copain Jean-Philippe Arrou-Vignod.

Commenter cet article

Pascal 24/11/2011 10:19

Ah... ouais ! y avait un jeu de mot... La honte, moi, c'est mon deuxième prénom.

brice 23/11/2011 22:31

Fabrice, j'adore le jeu de mots du titre.
Ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour toi vu le niveau de ceuw que je poste sur mon blog!

F/. 23/11/2011 22:35


La honte et moi, on ne se connaît pas, on ne s'est même jamais rencontrés.


charlotteb 23/11/2011 18:59

fabrice colin, rassure-moi, tu seras bien aussi vers chez moi début février ?