Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

c'est pas trop tôt

Publié le 23 Avril 2013 par F/.

Non, ça ne changera pas le monde. Oui, le chemin a été long, et ardu, et assez horrible pour tout dire, par ce qu'il a révélé de certaines personnes que nous pensions connaître et d'autres dont nous aurions aimé ne jamais croiser la route. Au moins, nous savons mieux à quoi nous en tenir. L'homophobie n'est pas morte, loin de là - le loup est sorti du bois sauf qu'aujourd'hui, il ne peut plus mordre. Laissons le gémir, tourner en rond et lécher ses pauvres plaies imaginaires. Bientôt, il se fatiguera et retournera dans l'ombre, d'où on peut espérer qu'il ne sortira plus. Les anti-tout, les peureux, les ignorants, les haineux, les philistins, les "je préférerais renier mon gosse", les "je ne suis pas homophobe mais...", les "la famille est en danger !", les "ils veulent du sang ils en auront", les "non mais c'est plus compliqué que ça" : nous pouvons avoir pitié de tous ces gens qui, des mois durant, se sont agités en vain pour dénier à d'autres des droits qui ne leur enlevaient rien à eux, faisant preuve tantôt d'une ignorance assez désolante, tantôt d'une connerie absolument brutale. Il ne doit pas être agréable de vivre englué de cette peur-là : c'est une peur qui salit, une peur qui enlaidit, une peur qui vous range, que vous le vouliez ou non, du côté du GUD, de Civitas et des intégristes religieux de toutes confessions. Vous me permettrez cependant d'avoir moins pitié d'eux que de tous ceux qui se sont fait tabasser ou cracher à la gueule ces dernières semaines, de tous ceux à qui ça arrivera encore et des enfants homos qui auront le malheur de grandir dans les familles qu'on a vu récemment battre le pavé en rose et bleu. Que ces derniers sachent bien qu'ils ne sont pas seuls !  

 

Commenter cet article

Nakakoué 30/04/2013 22:46

m'attendais..

Nakakoué 30/04/2013 21:22

La réaction m'ayant le plus déroutée restant celle de mon père, bi depuis toujours, mais marié et socialement refoulé...
Lorsque le sujet a été abordé, il m'a expliqué qu'il ne comprenait pas le concept, antinomique pour lui. Ayant frayé avec les intellos homos des années 60, 70, l'idée du mariage pour tous le
révulse. Non parce qu'il est contre nature, mais parce qu'il trahit la notion de non conformisme révolutionnaire qui est pour lui indissociable de l'homosexualité..
Alors là, je m'attendait à tout sauf à ça... Le choc des générations ....

Anais 29/04/2013 11:38

Lasth,

Un aparté sur la toile?...Ok...Petite erreur de votre part,mais si vous ne voulez pas que l'on vous prenne,je vous cite ,"pour un reloue"n'utilisez pas leur langage et cette meme façon de réagir
qui me semble bien plus une histoire d'égo que de moulins à vent ...

Pour ma part,je préfère le lent mouvement des moulins à vent.

Lasth 26/04/2013 19:11

Anais: Peut être n'avez vous pas compris la teneur de mon message, j'aurais probablement du interpeller Fabrice en privé.

Anne: Vous illustrez parfaitement mon propos, quel intérêt objectif peut on avoir à s'éloigner de nos proches dans la souffrance au nom d'une conviction ou d'une idéologie ?

Fabrice: dommage que l'on ne soit pas croisé lors de ma dernière visite à Paris, nous invoquions ton nom avec Catherine D. et Marie B., c'est toujours un plaisir de te voir. Je terminerai là dessus
pour ce sujet.

anne 26/04/2013 15:21

Ouaip. Je réagis juste sur tes 3 premières lignes, parce que pour le reste, tellement d'accord avec tes mots que ce n'est pas la peine...
Comme beaucoup apparemment, mes illusions sur pas mal de gens se sont écroulées, et ça fait mal. Je me sais incapable de dépasser ça, cette bêtise cruelle que je n'avais jamais soupçonnée. Parce
que si on est con (et méchant, bordel !)à ce point, c'est quand même révélateur de tout un état d'esprit latent, larvé, et qui me fait gerber. Voilà, c'est un commentaire qui ne sert à rien. Juste
moi aussi ça me fait mal de voir les rangs de la famille et des potes décimés ainsi. Avant, j'aimais bien être naïve, je trouvais que ce n'était pas si grave. Avant.