Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

chimères

Publié le 29 Octobre 2012 par F/.

Brume glacée sur la plaine d'Alsace. Les maisons les plus proches, une jaune, une rose, une bleue, deviennent des presque fantômes, la ligne des Vosges n'est plus qu'un projet oublié, le peintre du ciel est parti fâché, ne laissant qu'une toile uniformément grise. Il y a quelques jours - ne cherchez pas le rapport - est sortie l'intégrale de La Brigade chimérique, une BD - et une aventure - à laquelle j'ai été immensément fier de participer mais dont le crédit revient surtout à Serge, et à Gess, qui a su mettre ses rêves en images. Gros livre, grand histoire et des bonus en pagaille : je ne vais pas vous faire le coup du "cadeau idéal pour Noël" mais sachez que le tirage n'est pas énorme - et j'ignore absolument si l'Atalante réimprimera en cas de (probable) rupture.

 

La Brigade chimérique - L'intégrale

 


 

Two door cinema club c'est très bien, c'est efficace, ça fonctionne, mais on peut être à peu près certain qu'il n'en restera rien. Il y a quelque chose d'un peu triste dans ce genre de musique : quelqu'un vous donne ce que vous voulez ici et maintenant, puis disparaît dans les limbes, et vous oubliez jusqu'à la rencontre. A ce propos : réécouté The Great Escape de Blur, celui que Damon Albarn considère avec Leisure comme le plus mauvais album de Blur. Le mauvais, je ne sais pas, mais le moins innovant, c'est certain. Il en reste quand même trois ou quatre grandes chansons pop, dont Country House, qui a été un truc très important pour moi, ce qui n'est pas si mal, mais c'est vrai que ça sent souvent la facilité. The Great Escape, c'était l'époque bénie de la guerre contre Oasis (une guerre remportée haut la main par ces derniers, en termes de vente, mais perdue d'avance au plan artistique). J'étais au ski avec David C. et nous demandions à tous les jeunes Anglais que nous croisions de faire le choix. J'entends encore leur accent cockney, bravache : O-a-sis, maaan. Evidemment, Blur était trop smart, trop brillant, trop lisse, trop comme nous ; des mecs qui pouvaient boire et prendre des drogues, mais qui arrêteraient bientôt, juste pour pouvoir continuer à bosser.

 

Commenter cet article

Belial 14/11/2012 23:08

j'ai reçu cette superbe intégrale pour mon anniversaire (oui, tu peux encore me le souhaiter) et je me suis plongé dedans avec délice. J'ai failli me commander le jeu de rôle éponyme histoire d'y
jeter un oeil.
Lecture très agréable sur un thème qui m'est totalement étranger.

F/. 20/11/2012 11:56



Thanks !



Drunk Soul 04/11/2012 19:23

Une maison jaune, une bleu et une rose...

Vous étiez aux Basses-Huttes ?