Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

dimanche

Publié le 27 Janvier 2013 par F/.

Je pars en Alsace jusqu'à vendredi. Quatre jours à Strasbourg et dans les environs, deux escales à Scherwiller chez beau-papa, des interventions à Barr, où habitent un autre tonton et des cousins, une intervention à Kayzersberg où me conduira ma belle-mère - tout a été organisé au millimètre près avec feuilles de route, billets de train régionaux, mails de tous les enseignants, etc : c'est quand même une région à part, la région de mon coeur.

Journée éreintante, hier : trois heures de sommeil, dernier retour à la clinique. Je me répète, je crois, mais si tous les gens en fin de vie pouvaient mourir dans ce service-là, la vie serait un peu plus douce et un peu moins flippante. Les infirmières qui nous ont menés à la chapelle où attendait le corps étaient désarmantes de gentillesse. Je veux dire : pas la gentillesse habituelle. Ces filles ont un truc en plus, c'est indéniable. La mort, c'est leur quotidien. Elles ont cette qualité spéciale, cette voix, ces gestes sûrs qui disent "la vie continue".

Je n'irai pas à l'enterrement. J'ai posé la question. J'ai dit Je ne suis pas allé à l'enterrement de ma grand-mère juste parce que c'était compliqué, je suis au clair par rapport à ça, mais je vous pose la question : est-ce que vous avez besoin de moi ? Je peux le faire, j'ai dit, c'est juste un A/R Strasbourg - Paris, je perds une journée mais qu'est-ce qu'on en a à foutre ? Les filles ont dit non. Les filles ont dit : il faut être là quand les gens sont vivants et tu l'as été. Ce qui, bien sûr, n'est que très partiellement vrai, et nous renvoie à cette vérité première : nous passons notre temps à être le moins imparfaits possible. 

Je suis content d'avoir pu parler avec le tonton de ses croyances, de ses espoirs. C'est important pour tout le monde de pouvoir causer de la mort. Il faut passer un peu de temps dans cette salle commune, où se retrouvent tous les proches de ces gens en train de mourir, pour comprendre ce qu'est l'humanité. Hier matin, à 1h40, nous avons bu un thé. Les infirmières ont dit L'eau est chaude, ça vous fera du bien, un bon thé. La femme du tonton faisait preuve d'une dignité à couper le souffle. Elle cherchait des trucs marrants à dire. Ma femme lui a dit qu'elle était très courageuse - enfin, pas de façon aussi conne que ça, bien sûr. On n'a pas le choix, a répondu la femme du tonton. C'est ce que disait son mari aussi et je sais que c'est vrai. 

Il aura quand même vu la gauche passer au pouvoir, lui qui l'aimait tant. Il aura eu le temps de me parler du mariage gay avec ce haussement d'épaules caractéristique, du genre Comment peut-on seulement se poser la question, bordel ? Foutons juste la paix aux gens, personne ne menace personne. Il disait Je veux vivre parce que j'aime les gens. Eh bien mon vieux, merci pour la leçon.

Commenter cet article