Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

doppelgänger (à propos du livre d'Anne-Laure Bondoux)

Publié le 7 Décembre 2011 par F/.

Lu il y a peu L'autre moitié de moi-même de Anne-Laure Bondoux, copine et consoeur - le récit d'une panne d'écriture majeure (j'allais écrire "magique", il faudrait peut-être que je paie une bière à mon subconscient un de ces quatre) liée évidemment à un problème existentiel. On a envie, déjà, et même si on n'a jamais traversé pareille expérience, de réconforter l'auteur - de lui dire que c'est plutôt bon signe, non ? de ne plus arriver à écrire lorsque votre quotidien déraille et que les fondations s'effondrent : signe, au moins, que le coeur s'abreuvait à la juste source.

Il faut le savoir : la question "où trouvez-vous vos idées ?" reste l'une des plus posées en milieu scolaire et Anne-Laure, tout comme moi, a dû l'entendre mille fois déjà. C'est une question à laquelle il est impossible de répondre en toute innocence. Nos idées, elles viennent de nous, bien sûr, de nous en face du monde, mais il faut être entier pour restituer le réel, il faut être solide, parce que personne n'aime se regarder dans un miroir fêlé. Voilà, il me semble, le sujet du livre d'Anne-Laure : ce roman que nous échouons à écrire, ce roman mort-né, il essaie de nous sauver, au fond, de nous faire recracher la boue sous laquelle nous voulons l'ensevelir. Mais il nous tuera s'il ne nous rend pas plus fort. Dire que j'ai aimé L'Autre moitié... serait un peu délicat, l'emploi de ce terme me gêne, ce serait comme reconnaître qu'une maladie a été agréable. Le livre m'a travaillé, en revanche, interrogé, creusé, même, et c'est sans doute tout ce qui importe. De façon assez inattendue et tandis que j'étais parvenu, plus ou moins volontairement, à tenir l'émotion à distance pendant l'essentiel de ma lecture, c'est le petit cahier de fin qui (pour reprendre un mot cher à Holden Caulfield) m'a tué : le petit cahier avec ses photos à peine légendées et ses fulgurants parallèles. Si vous aimez les livres d'Anne-Laure (je n'ai lu que Les Larmes de l'assassin mais il m'habite encore), si vous les aimez, oserais-je dire, et ce n'est qu'une intuition, pour de bonnes et vraies raisons, ce texte-ci vous éclairera et vous aveuglera un peu. Ce que tous les livres devraient faire.

 

http://www.leslecturesdeliyah.com/wp-content/uploads/2011/11/Lautre-moiti%C3%A9-de-moi-meme-AL-Bondoux-Les-lectures-de-Liyah.jpg

 

 

Commenter cet article