Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

en somme, un bon moment

Publié le 5 Septembre 2013 par F/.

Donc, on a essayé de regarder World War Z. Les cinq premières minutes sont plutôt pas mal. Les zombies courent plus vite qu’Usain Bolt mais se cognent la tête dans des vitres, les cons. Dès le générique, on nous suggère que c’est à cause de la pollution ou de la Bourse ou de nos trains de vie de psychopathes complets : bref, ça devait arriver. Ensuite Brad Pitt et sa famille partent à la campagne et reviennent à la ville et vont se réfugier chez des Mexicains qui ne parlent pas un mot d’anglais. Dommage pour eux car Brad avait d’excellents conseils à leur donner. En dépit d'une bonne volonté manifeste, ces gens-là meurent rapidement. Sauf un petit garçon, youpi. Tout le monde prend place à bord d’un hélico en partance pour un porte-avions où se trouvent plein de gens passablement dépressifs, et l'ami noir de Brad, qui occupe un poste important, est bien content de revoir son vieux pote. Hélas ! La joie est de courte durée car Brad doit reprendre du service pour aider le Monde. Il n'a pas trop envie mais c'est ça où ta famille dégage, mec, alors ne sois pas stupide. Alors Brad dit OK les gars c’est bon vous m’avez convaincu. Il part en Corée du sud avec un scientifique qui paraît assez intelligent voire en mesure de sauver le monde jusqu'au moment où il perd la vie comme une merde en descendant de l'avion. Il faut dire aussi qu'il pleut et qu'il fait nuit et que c’est tout glissant partout. En Corée du sud, Brad a une idée, semble-t-il, mais je ne me rappelle pas trop ce que c’est. Il s’envole ensuite pour Jérusalem, une ville agréable qui a su préserver son héritage culturel car tout le monde vit abrité derrière un mur, même les Musulmans. Du coup les zombies sont bien embêtés. Mais les Juifs ne sont pas très avisés : ils chantent, et très fort. Là-dessus, les zombies, qui n'aiment pas le bruit et sont particulièrement sensibles aux chants juifs, semble-t-il, passent par-dessus le mur en formant une pyramide non-humaine. C'est le gros bordel dans Jérusalem, mais il y a peu de morts car dès que vous êtes mort vous redevenez vivant et vous courez en produisant des bruits de bouche peu ragoutants – d’une façon générale l’ambiance se dégrade fortement. Brad sauve une copine soldat qui a été mordue en lui tranchant la main – de rien, ça me fait plaisir. Après ça, ils prennent l'avion pour se rendre dans un centre médical américain car Brad a une nouvelle théorie qu’il voudrait checker. La fille avec une main en moins est très courageuse, même au moment où l'avion se disloque après que ce foufou de Brad a balancé une grenade pour cause de zombies dans les chiottes. Ensuite Brad expose sa théorie bizarre à des gens du centre médical qui disent OK mais d’abord tu vas voir ce qui se passe dans l'autre partie du bâtiment, mon gros, parce que nous, on a déjà donné, merci. Alors Brad dit OK bande de petits pédés et il y va avec sa copine au moignon, qui ressemble décidément à la femme parfaite, et des armes à feu de bon aloi, et un autre type qui mourra sans doute. J'ai oublié de préciser que pendant ce temps-là la famille de Brad avait été virée du porte-avion parce que tout le monde pensait qu'il était mort alors que non, vous rigolez ou quoi ? C’est Brad. Après je ne sais plus, parce que je me suis endormi. Combien de temps ? Je ne saurais le dire. Quand je me suis réveillé, Brad était toujours en vie, et sa famille aussi, et après le générique a défilé. Bon. Si quelqu’un peut me raconter la fin, surtout qu’il ne se sente pas obligé, vraiment, c’est déjà très gentil de lire ce blog. En se levant ma femme a marmonné un truc du genre "quelle sombre merde" et j'ai appris sur le site de L’Equipe que Richard Gasquet avait gagné son match. Well done, Richard ! J'ai aussi appris que, de tous les films de Brad Pitt, celui-ci était celui qui avait le mieux marché, loin devant The Tree of life, par exemple. J'espère que ce compte-rendu vous aura intéressé malgré son côté légèrement inachevé. Si vous avez le choix entre regarder ce film et plonger dans une piscine rempli de verre pilé ou vous offrir un séjour à la Fistinière avec Jean-François Copé ou partir dans l’espace en slip avec une filmographie sélective de Lorànt Deutsch, je vous suggère de regarder ce film.

Commenter cet article

Marie 06/09/2013 22:41

Ah si seulement, j'avais lu cette chronique avant hier. Je n'aurais pas regardé le film hier soir. En tout cas, vous en avez plus vu que moi!
J'ai quand même adoré l'ode à nos amis juifs et le final sur ces cons de Russes qui n'ont toujours pas compris comment se débarrasser des morts qui ne sont pas morts alors que Brad si! Parce que
c'est Brad, quand même.

gruz 05/09/2013 21:10

J'ai de sérieux doutes sur ma capacité à m'intégrer au débat, vu que je n'arrive pas à faire mon choix dans la liste des propositions listées dans ce billet.
Pourtant je suis devant depuis plusieurs heures, mais non décidément je n'y arrive pas.
J'avais bien l'idée de remplir le slip de Copé de verre pilé, mais je ne vois pas le rapport avec le Finistère.
Merci en tout cas pour ce compte-rendu cinématographique clair et détaillé ;-)

F/. 05/09/2013 21:21



Fistinière, Gruz, pas Finistère. Je laisse google faire le reste.



Patrick I. 05/09/2013 16:27

J'avais compris que c'était des chants bougnoules, et pas juifs. Je trouvais ça plus marrant, comme concept. Les bougnoules foutent la merde chez les juifs même après l'apocalypse zombie. Du
Simmons, quoi.

F/. 05/09/2013 16:51



Figure-toi que je me suis posé la question. Mais ma femme a dit "ah là, là, ils n'apprendront donc jamais" donc j'en ai conclu que c'étaient des Juifs.
Merci de cette contribution au débat.