Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

Floride (2)

Publié le 19 Février 2012 par F/.

Départ à 7h30 : Benoît, le frère de Katia, s'est proposé de nous conduire. How nice of him. Nous protestons pour la forme.
- Mais non voyons, c'est samedi, reste avec ta meuf au lit.
- C'est ça, je vous connais : vous allez me le reprocher ensuite.
- Pas du tout.
- J'arrive.

Roissy, 8h15. L'embarquement est à 10h30. Nous n'avons jamais été aussi en avance quelque part de toute notre vie. Merci beaucoup, Benoît. A cause de toi, ma femme a acheté Psychologie magazine tellement elle s'emmerde.

Finalement, décollage à 12h30. Bah, une heure de retard, qu'es-ce que c'est ? Americain Airlines, welcome on board : les hôtesses ont 60 ans, elles font la gueule, il n'y a pas d'écran individuel et pas de prise non plus, contrairement à ce qui était indiqué sur le site. Il va donc falloir économiser les Nintendo 3DS des enfants. C'est un peu comme se ballader dans le désert avec une glacière et dire aux gens : "on a du coca glacé mais on le boira plus tard, OK ?
- Sinon, glissé-je à Alice, tu peux lire un livre.
- Non, je me réserve pour après.
- Ah, ah.

Onze heures de vol. Katia s'évertue à compter en heure française. D'accord, alors disons qu'il est minuit et que nous sommes à Dallas. Escale de quatre heures. Bah, qu'est-ce que quatre heures ? J'achète un hamburger, Katia achète des doughnuts, personne n'a faim, les enfants essaient de recharger leurs consoles.

Dallas - Miami : deux heures de vol encore. Turbulences monstres. Regard un brin inquiet de ma chère et tendre : "Euh, on n'a jamais eu ça, si ?" Moi, très brave. "Mais si voyons." (Intérieurement : "Seigneur, si on s'en sort, je te promets de... Attends, attends, fausse alerte, on va s'en sortir finalement.")

Landing : 1 am local time. Oui, tout ça est un peu long mais d'un autre côté, j'ai (re)lu les 3/4 de La Symphonie des spectres dont je dois rédiger la préface pour Denoël. Mâtin, quel roman !

Comptoir de Dollar, 2 am :
- Alors en fait, nous n'avons plus de voitures pour l'instant.
- Mais... Nous avons réservé.
- Je sais. Il y en aura peut-être une dans 1/2 heure.
- "Peut-être ?"
- Ah mais alors là ça ne va pas être possible.
- Calme-toi, chérie.
- Je sais. Je comprends. Vous pouvez me crier dessus. Je suis payée pour ça.
- Nous ne voulons pas vous crier dessus. Nous voulons la voiture que nous avons réservée.
- Je sais. Je comprends.
- Maman ? Nathan m'embête !

Bref. A 2.30 am, nous avons enfin notre voiture, et nous filons droit dans la direction inverse de celle que nous devions prendre. Katia (qui conduit, et essaie de se souvenir en temps réel comme fonctionne une boîte de vitesse automatique) :
- Ah mais alors là ça ne va pas être possible.
- Calme-toi, chérie. Tu as vu si c'était le 37e avenue, là ?
- Non. C'est ton job.
- Relax, je demandais ça à tout hasard. C'est pas comme si on était paumés dans Miami à 3 heures du mat après 23 heures sans sommeil.

Finalement, nous trouvons l'hôtel sans problème, au coeur de Coconut Grove. Je suis presque aussi fier que la fois où je nous ai emmenés direct sur la six-voies de L.A. avec un bilan de zéro victimes pédestres. Evidemment, il n'y a plus aucune place au parking du Hampton Inn mais j'ai envie de dire que c'est un détail. Nous nous couchons, légèrement las. Comme prévu, nous nous réveillons 4 heures plus tard. "Bon, annonce Katia, ce serait dommage de passer cette journée à ne rien foutre."
Tu l'as dit, baby.

Commenter cet article