Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

Floride (5)

Publié le 22 Février 2012 par F/.

DSC03282.JPG

 

Quand ils ne font pas la guerre aux autres pays, quand ils ne ruinent pas l'économie mondiale, quand ils n'exécutent pas des blacks à la chaîne, quand, surtout, ils ne vous collent pas des amendes de 256 motherfuckin dollars, les Américains sont adorables. Dans le cimetière de Key West, où j'ai tenu, pour quelque inexplicable raison, à entraîner ma tribu, une dame à vélo s'arrête à notre côté, tout sourire. "Je serais vous, je regarderais la troisième tombe en partant de la gauche, deuxième rangée. Il y a une fille qui vous regarde." La fille en question est un iguane. C'est comme ça, à Key West : les iguanes tiennent compagnie aux morts. Ils se glissent dans les fissures et évoquent l'éternel déclin du parti républicain. Emmerveillés, nous engageons la discussion avec la dame (je ne parle pas de l'iguane, hein). Elle vit ici depuis un bon bout de temps et elle trouve ça : "oh my god, sooo amazing". Et comment, salope. Katia dit qu'elle veut habiter ici elle aussi. Serait-ce un appel du pied ? Je demande à la dame ce que fait son mari comme boulot. "Oh, banquier." Ah oui d'accord. Ceci étant, en revendant un appart parisien, on peut acheter à peu près n'importe quoi, c'est connu - y compris une maison à KW avec master bedroom included. Resterait à trouver une occupation. Katia prétend qu'elle veut bien faire des ménages chez les gens riches (comme la dame en vélo). Moi, je suis OK pour faire gardien de cimetière. Banquier, faudrait peut-être pas exagérer. 

 

DSC03260.JPG

 

L'Eco-center de Key West est gratuit, raison pour laquelle personne n'y va. C'est une sorte de musée vivant sur la faune et la floce locale. "The kids will looove it", nous répète-t-on. Ces gens n'ont pas l'air de comprendre que nous sommes français. On s'en fout, de ce que les enfants aiment. Ils devraient déjà nous remercier de les avoir mis au monde. "Hi guys, hi kids ! How are we doing today ?" Un bénévole sans âge nous explique qu'il y a un film génial à voir. Va pour le film. En dépit des apparences, nous ne sommes pas des gens emmerdants. Le film, d'une beauté délirante, quasi élégiaque, est consacré à une peintre qui habite ici depuis qu'elle est toute petite et qui plongeait à moitié à poil dans la mangrove dès son plus jeune âge pour communier avec les beautés de la nature. Salope, toi aussi. Les Américains sont tellement frimeurs. Au comptoir d'accueil, je montre à une jeune femme une carte des Keys hyper détaillée que j'avais repérée à Bahia Honda et qui pourrait bien me servir pour un prochain roman, tant il est vrai que je ne suis pas du genre à me casser le cul. Je tente un sourire. "Savez-vous où je pourrais acheter une carte semblable ?" La jeune femme soupire, part en coulisses, revient avec la carte en question. "Tenez. Puis-je vous aider d'une autre façon ?" Je t'aime, ô pays des mille possibles, land of milk & honey où toutes les difficultés s'aplanissent comme par magie ! En sortant, je tâte mes poches. "Oh-oh. Je crois que j'ai oublié mon Samsung quelque part." Katia me décoche ce regard que je ne connais que trop bien. "Pourquoi t'ai-je épousé ?" disent ses yeux. Et aussi "Pourquoi n'es-tu pas encore dans le Livre des Records, catégorie "l'homme qui perd le plus de trucs au monde ?" Hey, pas de panique, poupée : en fait, il était dans la voiture. Ah-ah, je t'ai bien eue, hein ? Pour nous remettre de nos émotions, je me tape un hot-dog mangue / piments préparé par un couple hyper enthousiaste qui écoute les Black Keys en faisant sauter des oignons (j'ai trouvé cet endroit dans Trip Advisor, catégorie cool et pas cher, et ils ne mentionnaient même pas les Black Keys). Nous parlons de Paris et d'Attack and release. Le cuistot se retourne. "Oh woah, man, this album was really amazing." D'accord, compris : nous allons habiter ici. Précision d'importance, tout de même : je porte mon t-shirt où il y a une poule qui fait "moo". J'ai l'impression que ça me rend exagérément sympathique car ce matin-même, la serveuse de Denny's m'a déjà complimenté. Je vais le porter pendant dix jours, on verra bien.

 

DSC03277.JPG

 

L'après-midi : visite de la maison d'Hemingway. A vrai dire, je n'aime pas vraiment Hemingway. C'est un type qui a passé son temps à tuer des lions, à tuer d'autres écrivains, à tuer des éléphants, des poissons, des termites, tout ce qui passait à sa portée, en fait, et qui a fini par se tuer lui-même en laissant tout le merdier à sa femme de ménage. Je trouve ça malsain, d'être obsédé par la mort à ce point. N'empêche : la maison qu'il a occupée avec sa (troisième ?) épouse est vraiment sympa. Surtout le bureau. "Moi aussi j'aurais le Nobel facile si on me donnait un bureau commme ça", glissé-je à Katia. Elle opine - même pas un ricanement. Je crois qu'elle est de nouveau amoureuse.

 

DSC03297.JPG

 

Pourquoi sommes-nous là, me demandez-vous ? Simple : dans la maison d'Hemingway, il y a des chats, des dizaines de chats, et la moitié au moins ont six doigts. Creepy, eh ? Et l'entrée ne nous a coûté que 26 dollars !

 

DSC03299.JPG

 

Bon, notre verdict ? Key West est une ville tout à fait géniale, où on s'imagine bien glander jusqu'au restant de ses jours, jouer aux cartes entre deux cyclones ou décorer une maison de façon obsessionnelle en attendant la fin des temps. Il y a beaucoup de bars, des chats mutants, des iguanes débonnaires, des gays, des bikers, des hippies. Ah oui, et tout le monde lit : de vrais livres, avec du vrai papier, sous des porches, sous des arbres, des heures durant. La mort dans l'âme, nous repartons vers Key Largo, après un crochet chez Denny's, où Nathan avait oublié son pingouin en peluche. Ah, ah, c'est pas à moi que ça arriverait, un truc pareil.

 

DSC03304.JPG

 

DSC03267.JPG

 

DSC03307.JPG

 

Le soir : bouffe à Mrs. Mac's Kitchen, l'une des meilleures adresses de Key Largo, avec de l'alligator à la carte. Oui, eh bien pour moi, ce sera nachos, hein - restons corrects. A la table voisine : deux couples de bikers québécois. Dans la voiture tout à l'heure, Katia m'a expliqué qu'elle trouvait les bikers "sexy". What ? Ce pays la rend folle.

Commenter cet article

cath 24/02/2012 11:32

C'est malin! Maintenant, j'ai envie d'aller en Floride!
Sinon, on peut voir une photo du Tshirt avec la poule qui fait Moo????? Pretty please?