Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

illusionniste ?

Publié le 16 Juin 2010 par F/.

Ce mercredi, les spectateurs de goût vont pouvoir découvrir L'Illusionniste de Sylvian Chomet, à qui l'on devait déjà les savoureuses Triplettes de Belleville. Le film s'annonce magnifique. En voici quelques extraits, assortis d'une interview du réalisateur :

 

 

Les critiques, on l'imagine, seront au rendez-vous. La gestuelle de Tati, son rapport si particulier à l'espace et au temps, ses personnages funambules et, de facto, en permanent décalage, la tendresse manifestée à l'égard des gens et des choses, tout est là, bien sûr, servi par un dessin d'une grâce assez enchanteresse. En même temps, je me demande si la presse se fera l'écho de la troublante et, selon le point de vue, passionnante ou sordide affaire entourant la naissance même de ce film et le sens véritable du script originel, signé Tati lui-même, et jamais tourné par lui. Pour résumer : Tati avait écrit, à la fin des années 50, un scénario baptisé « Film Tati no 4 », qui aurait été conçu comme une lettre personnelle à sa fille aînée Helga Marie-Jeanne Schiel, abandonnée quelques années plus tôt. Rien, dans L'Illusionniste de Chomet, ne transparaît de cette histoire. Est-ce un mal ? Le spectateur est-il concerné ? Richard MacDonald, fils de ladite Helga, semble penser que oui. Il s'en explique notamment dans un courrier adressé au Chicago Sun Times : "Le sabotage du script original de L’Illusionniste, ne reconnaissant pas les intentions troubles de Tati et les masquant derrière un hommage grotesque et nostalgique, est profondément irrespectueux".  Ouch. Toute cette histoire, évidemment, questionne en premier lieu la personnalité même du réalisateur, auquel une biographie laudative a récemment été consacrée chez Folio - biographie durement critiquée par David Bellos, qui s'était personnellement penché en 2002 sur le cas de Tati et en libre un portrait dont le moins que l'on puisse dire est qu'il n'est pas veulement flatteur. "Il arrive que la finesse et l’intelligence d’un créateur ne soient visibles que dans son œuvre. Si je me suis posé la question : comment cet homme-là a-t-il pu créer ces films-ci, je ne pense pas avoir trouvé de réponse facilement formulable." Crétin à la ville, génie à la scène ? Je ne sais pas vous, mais tout ça me donne surtout envie de revoir les films. Et de juger sur pièces de la pertinence, peut-être partiellement involontaire, du titre L'Illusionniste.

 

http://www.letelegramme.com/images/2009/04/22/346958_tati.jpg

Commenter cet article

dave 17/06/2010 11:40


http://archives.tsr.ch/player/personnalite-tati