Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

kill me Sara, kill me again with love

Publié le 28 Mai 2012 par F/.

Ma vieille copine Sara, à qui j'ai dû faire beaucoup de mal (ou de bien ?) dans une vie antérieure, brocarde avec sa verve inimitable un appel à contribution gracieuse récemment passé sur facebook. Suite à quoi, et avec un naturel admirable, elle escamote mon commentaire - une méthode maintes fois éprouvée sur la blogosphère, et qui permet de préserver à peu de frais l'éclat du gloussement originel. Je reproduis donc ici le commentaire en question :

Ah, Sara. Ça faisait longtemps. Non, pas tant que ça, en fait. Pour quelque raison obscure, j’ai l’impression que vous éprouvez un besoin irrépressible de parler de moi. C’est sympa, remarquez. Sympa, et embarassant. 

Bon, on va faire court. Les huit chapitres auxquels vous faites allusion représentent 60 000 signes. La personne qui s’est acquittée du boulot que je lui ai demandé y a passé deux heures. Elle m’a tiré une sacrée épine du pied, parce que je devais rendre un texte le soir même et que, fait exceptionnel, chaque heure comptait ce jour-là. Oui, je m’y suis mal pris. Et oui, elle m’a vraiment rendu service. J’ai trouvé ça extrêmement sympathique, pour tout dire, et je le lui ai signifié en privé. Il n’est pas exclu que l’exercice lui ait plu. Faut-il le préciser ? Il s'agissait de passer un texte au présent. Pas de le réécrire, pas de le corriger. Réécrire, je le fais moi-même. Trois fois en moyenne - ce roman ne fera pas exception.

J'enverrai un bouquin à ma contributrice, en effet, et même plusieurs si elle le désire, et elle sera citée dans les remerciements. Evidemment, j’aurais pu la rémunérer. Mais alors - restons cohérent - il m'aurait fallu la déclarer. Et au taux horaire pratiqué dans l’édition pour ce genre de boulot (j’ai hâte de savourer, soit dit en passant, votre prochaine charge acerbe contre la réécriture, par des éditrices junior payées au forfait, de romans d’écrivains reconnus sur les ventes desquels elles ne toucheront jamais le moindre cent), cela serait revenu à lui signer un chèque de 16€. Elle gagnera sans doute plus d’argent en revendant mon/mes livres(s) si le cœur lui en dit.

Moi-même, j’ai déjà écrit un roman entier pour rien. Je me suis déjà assis sur des à-valoir pour qu'un texte paraisse. Il m’arrive de céder des nouvelles à des revues, ou des scénarios, de prodiguer des conseils, de relire des romans de débutants ou d’écrivains confirmés, de brancher des gens que je connais à peine sur des éditeurs que je connais très bien, de donner des adresses, de trouver des stages, et tout ça gratuitement, dites donc. Alors que je pourrais me faire tellement, tellement de fric. Tout porte à croire que je suis aussi con que mes lecteurs.

 

http://lesouffledivin.fr/wp-content/uploads/2011/08/baignoire-dollars.jpg

Commenter cet article

Dorot' 07/06/2012 00:57

Je voulais dire "à remercier Sara" pas "de remercier"...

Dorot' 06/06/2012 09:25

Voilà, en partant de Sara, j'arrive grâce aux commentaires chez Mustache! Comme je suis devenue fan tout de suite, je tiens de remercier Sara, sans elle,l'occasion de me marrer de le matin serait
perdue...

Kolia 29/05/2012 16:31

COLIN! Immonde pourceau à la solde du Capital, salopard sans foi ni loi qui n'hésite pas à user de son physique avantageux et de sa position sociale élevée pour débaucher l'innocente jeunesse
prolétaire, n'avez-vous donc aucune honte? C'est tout bonnement dégueulasse de profiter ainsi de gens qui veulent rendre service.

Bon, je retourne sur mon blog, où vous pourrez bientôt lire une critique de Belle du Seigneur, mais avant je me moque du tome 5 de la Confrerie des Dagues Noires, de la bit-litt bien pourrie que je
lis pour me gausser du mauvais goût des gens qui lisent ce genre de trucs.

Allez, salut les biatches.

F/. 31/05/2012 07:29



Mustache ! Je te kiffe, tu sais, et ton blog pourri aussi. L'autre jour, à Rennes, je crois, quelqu'un m'a dit qu'il te connaissait. Une fille. Où était-ce à Rouen ? Enfin, en tout cas, la
personne en question avait de petites étoiles dans les yeux. Je lui ai recommandé de se calmer tout de suite. "Creis-moi, j'ai dit en ôtant mon cigare de ma bouche, tu ne connais pas ce type
comme je le connais, poupée. Tiens-toi à l'écart, c'est le mieux pour toi. Merde, où ai-je garé ma Mustang ?" Ensuite, un air de saxophone s'est élevé jusqu'aux cieux et Robert Pattinson est
mort.


Je sais bien que cela n'a qu'un lointain rapport avec ton commentaire acerbe mais je te demande instamment de me tutoyer, pauvre mec, et je te présente mes respects matinaux.


Note aux gens : allez sur le blog de Mustache. Non, vous ne reviendrez plus ici après ça,
mais est-ce si grave ?



VanessaV 29/05/2012 15:39

Je fais partie des cons qui vous lisent, et pire encore, j'y prends plaisir! Merci pour cela...

F/. 31/05/2012 07:17



Je suis affligé. Arrêtez tout de suite, voyons. Et sinon : merci !



Hylyirio 29/05/2012 09:11

Je viens de lire l'article en question, et les commentaires qui en ont découlé, et les mots me manquent...

je trouve ça affligeant les personnes qui ne trouvent leur "bonheur" bloguesque que dans la critique, l'interprétation exagérée et stupides de faits, et la méchanceté gratuite ...

mais malheureusement, c'est visiblement ce qu'il faut faire pour rameuter du monde et se créer un fan club... dans un tel cas, je préfère rester une blogueuse anonyme dans ma bulle...

Ne pas apprécier un auteur est une chose, mais alors, pourquoi continuer à "l'épier", surveiller ses moindres faits et gestes?

F/. 31/05/2012 07:18



Merci Hylyirio - chouette blog, je ne connaissais pas !