Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

la fin de quelque chose

Publié le 13 Novembre 2011 par F/.

Nuit un peu fatiguante : j'ai rêvé qu'un tsunami génant s'abattait sur ma ville, un mélange de Paris, de Prague et de Hong-Kong. En me réveillant, ma première pensée a été "Alors j'ai fait tous ces voyages pour ça ?", comme si le cerveau était juste un esclave au service d'une entité souterraine, capricieuse et éprise d'effets spéciaux - oh, attendez, on me souffle que c'est exactement le cas. Ce qui valait le coup, dans ce rêve, c'est que j'étais à la fois mort (quand la seconde vague s'est levée, deux ou trois kilomètres de haut à vue de nez, je me suis dit, OK, cette fois c'est la bonne, et j'ai regardé mon fils avec le pincement au coeur qu'on imagine) et vivant, puisque je m'en suis tiré, réfugié que j'étais sur une colline, et que j'ai passé deux heures ensuite à naviguer parmi les fragments de cette histoire inaugurale, à rencontrer des rescapés, à lire leurs mails, même, et à me promener dans une ville qui était redevenue pleinement Paris et dont l'eau s'était retirée comme l'imagination déserte un terrain devenu sans intérêt pour elle.

 

 


 

 

J'ai terminé de relire les épreuves de Blue Jay Way - un mini-calvaire, pour moi, pour les éditeurs qui passeront derrière moi, mais je suis vraiment content de pouvoir passer à autre chose, chers gens. Les romans qu'on écrits sont comme des gens qu'on a aimés et qu'on est pressés de voir mourir pour pouvoir continuer à vivre, et d'autres petites âmes fragiles requièrent toute mon attention.

 

blue-jay-way-house-6.jpg

Commenter cet article

Didi 14/11/2011 20:21


"pressé de voir mourir".... :

Écrire n'est ce pas plutôt donner la vie à ses personnages et les laisser ainsi dans la liberté que leur donne leurs lecteurs ? ...Couper le cordon quoi mais ne pas faire mourir oh non !
Bonne soirée !


Pascale 14/11/2011 00:12


Ah, les cauchemars de grosses vagues...je connais, mais chez moi ça reste plus modeste, pas de quoi engloutir une ville, juste moi et quelques autres... Tu serais pas un peu mégalo ?