Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

le roi d'ennui

Publié le 1 Novembre 2013 par F/.

Il existe au moins deux façons de considérer le "cas" Louis II de Bavière. Un : le despote dégénéré dilapidant le fric de la Bavière en rêveries baroques cheap. Deux : l'illuminé attachant et tragique peuplant la montagne de visions fantasmagoriques. Evidemment, en tant que touriste, on vous vend la deuxième (et, non, évidemment, Louis II n’est pas gay, voyons), même si c’est bien l’entrelacement de deux propositions qui fait tout l’intérêt du personnage - et son autisme princier, et sa mort si joliment mystérieuse, "le seul vrai roi de ce siècle" disait Verlaine. Après une semi-bataille pathético-rocambolesque, les membres d’une commission de déposition viennent chercher le monarque dans sa chambre pour lui dire que c’est terminé, qu'il faut partir maintenant - la folie (première nouvelle) n'étant pas compatible avec l'exercice du pouvoir. "Mais vous ne m'avez même pas examiné !" proteste Louis II. Regard contrit de son psychiatre. "Hélas, Votre Majesté. Ce n'est pas vraiment nécessaire." Donc : ces châteaux sont avant tout les symptômes pierreux de la folie d'un homme, et c'est comme tels qu'ils doivent être visités, admirés et vécus, fût-ce au pas de course, et munis d’un audio-guide insipide. Les photos intérieures ne sont pas de très bonne qualité. Il faut dire qu'il est interdit d'en prendre, comme s’il était interdit de poser des questions au fantôme du roi, le pauvre. Chaque fois, je devais attendre que la guide s'éloigne un peu pour dégainer mon portable. A la fin, bien sûr, je me suis fait choper. Mon pauvre sourire "j'ai pas bien compris / faites-moi un procès" était inutile car on sentait bien que la dame était fatiguée de faire appliquer cette consigne débile. Quoi qu'il en soit, les châteaux de Bavière, c'est comme Venise ou l’âme humaine : toujours, vous croyez connaître, mais jamais vous ne comprendrez.

 

schloss-2.jpg

schloss-9.jpg

schloss-8-copie-1.jpg

schloss-7.jpg

schloss.jpg

schloss-3.jpg

schloss-4.jpg

schloss-5.jpg

Commenter cet article

laurent gidon 01/11/2013 11:19

Ah, ce château... je cours relire "Furioso" (Voldemar Lestienne, probablement aussi barré que l'architecte des lieux) pour les scènes qui s'y déroulent.