Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

partir

Publié le 20 Décembre 2009 par F/.

Demain, départ pour l'Alsace. Noël, neige épaisse, gros édredons, Gewurtzraminer, parfait.



Je continue à songer à Avatar. "I started having these dreams where I was flying." Et je réalise un truc tout bête : plus que la perfection grammaticale d'une réalisation, la mise en oeuvre virtuose de quelque principe ou précepte cinématographique que ce soit, c'est la dimension hypnotique d'un film que je recherche. En ce sens, je n'ai rien d'un cinéphile. Mes plus gros chocs ? Lost Highway, Donnie Darko, Crash, L'Hôpital et ses fantômes. Aucun critique institutionnel, a priori, ne se risquera à placer ces films-là sur le podium des chefs-d'oeuvres universels. Personnellement pourtant, j'en suis sorti pantelant, ébloui, modifié peut-être. Avatar est une expérience du même type. Le frisson métaphysique attendu est un phénomène presque obscènement basique, le roc contre lequel viendront se briser toutes les vagues de discussion cinéphiliques du monde. Il suffit de jetter un oeil aux forums : "personne ne peut décrire ce que j'ai vécu", "je ne peux dire à quel point ce film m'a affecté", "marre d'être un humain, je veux être un Na'vi", etc. Que répondre à ça ? Par ailleurs, un élément m'interpelle : certains attaquent le film sur son manque de réalisme. Des créatures bipodes ? Ridicule. Une peau bleue ? Improbable ? Des réactions humaines ? Décevant. On s'attendait, sans doute (enfin, peut-être pas les pontes de la Fox) à ce que le réalisateur nous offre de véritables extraterrestres. On l'en pense capable.
Je le vérifie souvent ces temps-ci : le désir de croire est plus fort que tout. Si le démiurge Cameron se lançait maintenant dans la religion et proposait de construire un vaisseau pour rejoindre Pandora, il trouverait du monde. Beaucoup de monde.
Commenter cet article

pascale 04/01/2010 10:51


PS- En effet, "l'histoire n'est pas plus basique que celle de Gladiator et Jurassic Park"... mais ce ne sont pas non plus des films que je trouve intéressants. Il est vrai que je fais partie des
spécimens de sexe féminin qui apprécient Jane Austen (pas exclusivement, tout de même).


pascale 04/01/2010 10:43


Bon, vu en famille : on en a plein les yeux, certes, mais au niveau du coeur et du cerveau, c'est le vide. Moi non plus, je ne cherche pas "la perfection grammaticale d'une réalisation" ou la "mise
en oeuvre d'un précepte" (ça donne des films plutôt chiants en général, non?), mais je ne me contente pas d'un dégueulis d'images colorées, fussent-elles en 3D (pour ça, on peut fumer la moquette).
Je m'en tiens au précepte hitchcockien : "tourner des films, pour moi, cela veut dire d'abord, et avant tout, raconter une histoire... la beauté des images, les effets, tout doit être soumis et
sacrifié à l'action".


Mathieu 25/12/2009 22:33


Je suis tout à fait capable de suspendre mon incrédulité très cher Bob et je ne pense pas être quelqu'un de cynique non plus. De plus, l'utilisation du terme "jeu vidéo" pour décrire Avatar n'est
pas une insulte, c'est un constat. Constat qui par contre est négatif pour décrire un film, car à quoi sert le cinéma s'il se contente de nous proposer une esthétique de jeu vidéo? Dans ce cas, je
préfère me faire une bonne partie d'un jeu, au moins j'aurai la satisfaction d'avoir joué alors que là je me suis ennuyé à regarder les péripéties téléphonées des personnages noyées dans des
dialogues plats. Un film qui m'a fait m'émerveiller: Le Labyrinthe de Pan par exemple ou, plus récemment, malgré ses défauts, The Imaginarium of Dr Parnassus. Avatar est le contraire de
l'émerveillement pour moi: c'est le genre de film qui faillit à faire décoller ses personnages à force de nous balancer des images à la tête. Ca me provoque une réaction quasi allergique: je ne
peux pas adhérer.


Bond 22/12/2009 13:56


Ce qui me surprend dans ta réaction par rapport à Avatar, Fabrice, c'est qu'en tant qu'écrivain, l'inanité du scénario ne t'ai plus gêné que ça.


F/. 22/12/2009 14:16


Effectivement. C'est bien pour ça que je dis que je ne suis pas cinéphile : le scénario, je m'en fous. Même s'il ne faut pas exagérer non plus. L'histoire est complètement basique, mais pas plus
que celle de Gladiator ou de Jurassic Park.
Par ailleurs, je ne vois pas comment Cameron aurait pu partir dans une autre direction avec 300 millions d'euros dans la balance.


Erik 22/12/2009 09:44


Du gewurtz... Mon petit cochon, tu as bien de la chance. Pour peu que ce soit du vendanges tardives, et Pandora te sera offerte dans un verre.
Joyeux Noël Fabrice, joyeux Noël à ta Mie et à toi.