Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

prague (2)

Publié le 12 Juillet 2011 par F/.

Le saviez-vous ? Rilke était un grand admirateur de Kafka, mais les deux hommes ne sont sans doute jamais rencontrés. Trop de différences de milieu, a priori. Un peu comme moi avec Don DeLillo, par exemple. Le saviez-vous bis ? Rilke encouragea le fils de sa maîtresse (laquelle ? demanderont les mauvaises langues) à dessiner. Le fils de cette maîtresse s'appelait Balthus, et son premier travail fut ceci :

 

http://u.jimdo.com/www32/o/s7e9244303f9ac7bd/img/ifa609e925e8ea0ae/1290031932/std/image.jpg

 

C'est dingue, ça : ça ressemble à pas mal de trucs qui sont publiés aujourd'hui, mais 90 ans plus tôt. Quel rapport avec Prague, me direz-vous ? Evidemment aucun.

Aujourd'hui, nous sommes allés au château. J'aimerais vous dire qu'il existe un rapport entre ce château et Le château de Kafka, mais carrément pas, en fait, sauf à considérer que, dans les deux cas, on a bien affaire à un château. Pour aller au château, il faut grimper : c'est sur ce genre de gimmicks artificiels que ces édifices ont basé leur réputation (et leur longévité). En chemin, on croise des types qui essaient de vous vendre des places de concert pourries (Malher, Mozart, Dvořák, etc., c'est confondant d'originalité, je vous l'accorde, mais si vous trouvez ça trop compliqué, il y a aussi Ravel et Gershwin) en vous expliquant que c'est gratuit pour les enfants. "Ah, vous êtes français ? Super, j'adore la France, Sarkozy !" Ma femme fusille le mec du regard : "Vous l'aimez ? On vous le laisse." Génial, chérie. J'aime quand on s'intègre comme ça. Bref, nous montons, nous suons, et nous arrivons dans la cour immense, telle qu'en mon souvenir, et à l'intérieur de Saint-Vitus, les vitraux de Mucha sont à tomber, et ailleurs, il y a d'autres scènes sympa avec l'Enfer et le Jugement Dernier, et je kiffe, tant il est vrai que j'ai été rôliste. Nathan, qui a un pote catholique hardcore à l'école, essaie de faire le mec au courant. "Pff, l'Enfer, ça existait avant, mais maintenant, c'est bon." Que suis-je censé répondre à ça ? Ruelle d'or, à présent. C'est Disneyland sans les souris, et avec des alchimistes. Je rentre dans la maison de la soeur de Kafka (vous allez me dire : c'est une obsession. Eh bien oui. Comme l'écrivait si joliment Brautigan, mieux vaut ça que s'intéresser aux petites filles de cinq ans), et on m'offre des livres sur Kafka pour mon anniversaire. Ah, Kafka, Kafka ! J'y reviendrai.

Dans le vieux palais, il y a un salle immense où, paraît-il, des chevaliers se mettaient sur la gueule direct à cheval et tout. On appelle ça "les traditions se perdent". Le reste du temps, il y avait des banquets et des meurtres. Oui, vraiment, on savait s'amuser à l'époque. Dans la salle suivante, on apprend que des types ont été défenestrés, je n'ai pas très bien compris pourquoi, a priori, c'était une sorte de mode. Parmi eux, un certain Fabricius, domestique de son état. Nos trois larrons chutent de trente mètres et s'en sortent sans dommage. Suivant les versions, il y avait beaucoup de boue en bas, ou c'était un miracle. En tout cas, après ça, paf : Guerre de trente ans. Moralité ? Si Fabricius était mort comme on lui demandait, peut-être l'histoire de l'Europe aurait-elle été changée, et peut-être internet n'existerait-il même pas ; je ne sais pas vous mais moi, ça me fout les jetons.

Nous redescendons. Je reste songeur. Ah, Mucha, Mucha ! J'y reviendrai. Il fait très chaud, en attendant. Heureusement : les bières de 50 cl sont à 1€20. Tout, dans cette ville, a été parfaitement pensé. Conséquence directe => le Fabricius svelte et alerte que vous connaissiez n'est plus qu'un souvenir. Un peu (ah ah) lestés, nous allons faire la sieste. J'essaie de lire Les Dépossédés, le prochain grand truc de la rentrée. C'est très bien, mais un brin déprimant. En même temps, ça se passe à Lodz en 1940. Désireux de me changer les idées, je compulse le guide de la ville. Alors : les Nazis, les massacres, les Communistes, les défénestrations, youpi. Vite, passons au chapitre quenelles. A 19h, je me finis avec les enfants au musée Lego. C'est un musée avec plein de salles, et tout - Star Wars, HP, Toy Story, Indiana Jones, etc - est en Lego. Rien sur les camps, en revanche. Le saviez-vous ? Il existe 915 103 765 façons de clipser 6 briques de 2x4. Quel rapport avec Prague, me direz-vous ? Oh, ça va, hein.   

Commenter cet article

agneslamexicaine 13/07/2011 17:57


dingue, la planche de Balthus.