Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

prague (6)

Publié le 14 Juillet 2011 par F/.

Rien de tel qu'une visite de la synagogue de Pinkas pour aborder la journée du bon pied : avec la liste exhaustive des Juifs massacrés pendant la Seconde guerre mondiale et les dessins des enfants de Theresienstadt assortis de notices biographiques du type "Maria, 1936 - 1942" (je vous passe la teneur des poèmes), on sait tout de suite que l'humour et la galéjade vont être au rendez-vous. Heureusement, avant ça, on m'a offert un livre sur Lidice : tant il est vrai qu'il est bon de rire parfois. Du ghetto, il ne reste rien ou presque et, malgré les efforts des marchands de souvenirs, on s'efforcera en vain à quêter à Prague les ultimes particules de l'âme juive. Les synagogues, elles, sont devenues des sentinelles de mémoire, inaltérables et fabuleuses par éclairs. Voilà, je suis désolé, je casse l'ambiance, mais il n'y a rien de marrant à raconter sur le sujet.

Le début d'après-midi a été consacré à la recherche du chocoalt chaud ultime, finalement déniché au Café Louvre, pour notre plus grand malheur calorique. Après quoi nous sommes rentrés nous allonger. Par la suite, les filles ont décidé d'aller acheter des "trucs" - j'avoue ne pas avoir très bien compris ce dont il était question. (Les filles, rappelons-le, sont des êtres futiles et fantasques, emplis de convoitises absurdes et de désirs impossibles à assouvir. Franchement, qui peut s'intéresser à des chaussures ? Qui peut vouloir se rendre trois fois dans un Tesco ? A côté de ça, les filles résistent à la douleur et ne sont pas très fortes en nazisme : rendons-leur un hommage fugace). Emplis d'un bienveillant dédain et d'une soif de connaissance intacte, Nathan et moi avons décidé de repartir à l'assaut du château via le quartier magique du Hradčany.

 

DSC01290

 

Ici, on voit le bus 22 arriver. "Papa mais papa le bus 22 il arrive mais qu'est-ce que tu fais papa mais le bus est là mais il faut monter dedans parce que sinon ça va être trop tard comme la dernière fois !" (Ouais, bon, mon fils est un peu à cheval sur le protocole).

 

DSC01292

 

Voici le Palais d'été, de style Renaissance : la classe incarnée. Question de Nathan : "y aura des jeux ?" Carrément pas, mon pote. Aujourd'hui, avec papa, on se cultive : l'exercice consiste globalement à marcher et à poser des questions. Ensuite, papa cherche des réponses dans le livre. Et toi tu opines. Thanks.

 

DSC01298

 

Nathan avec le château en arrière-plan. Juste derrière : le fossé aux cerfs (sans cerfs). Notez le sourire : signe que l'objet du cliché n'a pas encore compris qu'il allait falloir continuer à marcher, avec pour seule perspective une bouteille de coca-light.

 

DSC01305

 

Le pont poudrier, doté d'un con de garde. D'après ma femme, les gardes sont beaux pour la plupart. Cette fascination pour l'uniforme a quelque chose de malsain, mais je suis obligé d'en prendre note. Rigolade de Nathan : "est-ce qu'on peut faire comme Homer, quand il chatouille le monsieur ?" Une autre fois, mon petit poussin en sucre.

 

DSC01308

 

Le Nouveau monde (c'est le nom de la rue). Au numéro 1 vivait Tycho Brahe, l'astronome danois pote de Rodolphe II, mort, dit-on, d'un éclatement de la vessie parce qu'il n'osait pas aller pisser. Voilà un truc qui ne risque pas de m'arriver. De toute façon, les étoiles, je m'en tape.

 

DSC01310

 

La rue Cerninska. Les guides nous mettent en garde : "L'été, il y a foule à Prague, surtout dans les quartiers touristiques." Je peux vous dire que j'ai gardé une main sur mon portefeuille tout le long du chemin.

 

DSC01313

 

Alors là, je n'ai pas trop compris, parce que c'était fermé. Mais il y avait des trucs bizarres derrière les fenêtres. On ne s'est pas trop attardés.

 

DSC01317

 

Un ange de Loretta. Notez l'extravagance du baroque : on dirait que ce petit salopard vient de décocher une flèche à Carla Bruni.

 

DSC01322

 

Le monastère de Strahov : deux minutes avant la pluie. Ensuite, on est remontés au même endroit que la veille, la colline, les orages, tout ça - je tenais en effet à ce que mon fiston exorcise. L'histoire a failli mal tourner "euh, papa, on est déjà passés par ici, ne me dis pas qu'on retourne à la tour Eiffel parce que sinon, je me tue ou je te tue" mais finalement, le ciel est resté tranquille, et j'ai acheté des mugs Kafka, hooray.

 

DSC01331

 

Retour en centre-ville. Prague : au confluent des légendes et de la modernité, nous dit-on. Question de Nathan : "Euh, pourquoi tu prends ce machin en photo, papa ? C'est moche." Moi, curieux : "Qu'est-ce qui est moche ? L'enseigne, ou la statue ?" Soupir du fiston : "les deux."

 DSC01332

 

Je ne sais pas. Je vous jure, ça fait trois jours que je passe devant cette affiche, et je ne sais vraiment pas. Les tchèques aiment bien les animaux, c'est la seule explication pas trop flippante.

Commenter cet article

paikanne 17/07/2011 15:05


Beaucoup de sourires par ici :-)


Candice 17/07/2011 11:28


Une pub Orangina? Axe ? (grâce à Axe même avec une tête de bélier toutes les femmes sont folles de vous -faites ressortir le bélier qui dort sous vos aisselles). Va savoir.


Yoann 16/07/2011 22:13


Et la photo des mugs Kafka?


Professor X 15/07/2011 17:22


Tycho Brahé était ptêt faiblard de la vessie, mais il avait un faux nez en métal, à la place du sien qu'il avait perdu en duel.


agneslamexicaine 15/07/2011 17:14


La dernière photo me laisse perplexe. Ton fils sait déjà reconnaître le moche; ton texte me fait beaucoup rire, merci.