Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

qui veut la peau de Lana del Rey ?

Publié le 11 Janvier 2012 par F/.

La sortie imminente du premier album de Lana del Rey est l'occasion d'un emballement médiatique sans précédent, un "buzz démentiel" annonce même Wikipedia (les pauvres Inrocks en font leur couverture, à tout hasard - eux qui faisaient la mode indie, il y a vingt ans, en sont réduits à surfer sur les vaguelettes mainstream), peut-être parce que Amy Winehouse est morte et qu'on lui cherche une héritière un peu moins vulgos que Lady Gaga et un peu moins rassurante, dans le mauvais sens du terme, que l'opulente et tranquille Adele. Sur les forums, on se déchaîne aussi mais en négatif, bien sûr, et de façon très culturellement correcte, finalement, parce que cet enthousiasme général ne peut signifier qu'une chose : la matérialisation maléfique du fameux "on nous prend pour des cons" auquel il n'existe qu'une manière de répliquer, la fin de non-recevoir - nous ne sommes pas dupes, semblent ricaner ceux-qui-savent, Lana est un pur produit, elle est nulle, refaite ni à faire, de la merde et fermez le banc. Pour ma part, j'ai consacré plusieurs longs trajets en métro, en même temps qu'à la relecture de La Symphonie des spectres de John Gardner dont je dois rédiger la préface pour le camarade Gilles Dumay, à l'écoute de son premier album Lana del Ray, avec un "a", sortie sous le nom de Lizzy Grant, j'ai essayé de faire comme si cette fille n'était personne (c'était le cas lorsqu'elle a composé ces premières chansons), et je dois dire que l'expérience est très loin d'être honteuse : le côté Lynch de pacotille, fifties révisitées, la touche Tarantino for dummies, parkings glauques, palmiers et néons sales, ça me parle, évidemment, mon cerveau reptilien en redemande, cette fille ne me paraît pas plus fabriquée que 90% de la production actuelle et quand bien même : who cares ? Bref, et ça ne surprendra pas grand-monde ici - pour peu qu'elle se maintienne à ce niveau, avec cordes langoureuses à la Roy Orbison et plongées panoramiques sur un L.A. factice par essence, en 2012, je vote Lana.

 

 

 

Commenter cet article

Lapin 18/01/2012 14:08

Totalement fan jusqu'à ce que je l'entende en live...(voir sa prestation au Saturday Night Live)

F/. 02/02/2012 21:17



Alala, il y aurait tellement à dire. J'ai réécouté l'album deux ou trois fois, ce n'est pas à la hauteur des promesses des premiers titres, mais ça ne mérite pas non plus la campaign of hate
qu'on voit actuellement de déployer.



Ubik 13/01/2012 16:20

Hey ! Mais, c'est tout à fait sympathique. Un timbre de voix qui n'est pas sans me rappeler celui d'Emiliana Torrini.

herisson08 13/01/2012 15:03

J'ai découvert ça en Angleterre où ses chansons passsent à la radio non stop, et en rentrant en France, à peine un mois après on se met à l'entendre aussi... alors peut importe ce qui peut en être
dit, c'est pas mauvais du tout, et ça fonctionnera!

richard 11/01/2012 17:23

C'est l'éternel principe du cynisme de bon ton qui fait croire aux méprisants qu'ils sortent du lot. Lana est peut-être trafiquée de bout en bout, qui le saura jamais ? Il n'empêche que cette
fille-là a tout compris en recyclant les fifties et la décadence hollywoodienne : ses chansons sont d'une mélancolie à crever, et ça me suffit.

anC 11/01/2012 15:48

Me too!