Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

sans Tabou

Publié le 28 Mai 2013 par F/.

Vu Tabou hier soir : film de 2012 signé Miguel Gomes, globalement salué par un concert de louanges mais dont le recours systématique au contrepoint formel s'apparente plus à mes yeux à un système qu'à une réelle nécessité narrative. Une première partie soporifique (une vieille femme perd lentement les pédales à Lisbonne, en dépit des soins attentifs d'une gentille voisine et de sa bonne noire ; il s'avère, à sa mort, qu'elle possédait une "ferme en Afrique" - ça alors ) ouvre sur un second volet supposé enchanteur, et qui s'avère résumable en deux lignes (la belle Aurora, fille de colons portugais, trompe son ennui africain et son mari avec un vaurien blasé, et puis l'amour frappe - tout ça tourne mal). Alors certes, les paysages chatoyants filmés en n&b paisible, les hits pop live qui surgissent comme des gags, la langueur intemporelle des chants et des bruissements d'Afrique et cette voix OFF qui se substitue aux dialogues au point de composer un genre de faux film muet, tout cela est assez inattendu, et même plutôt beau, il faut bien le reconnaître, mais bon : je pensais tout de même qu'on allait nous raconter quelque chose. "Le film atteint son sommet avec la révélation progressive de cette histoire secrète d'adultère et de transgression", explique Télérama. Je ne sais pas ce qu'a pris le journaliste mais j'en veux bien trois grammes, pour le jour où j'essaierai de lire Finnegans Wake d'une traite. Art du décalage, ultra-moderne solitude, Tabou joue sans accroc la partition du film smart et bien habillé, si on est prêt à admettre qu'une histoire peut être un ruisseau gentil et pas nécessairement un fleuve.

 

Commenter cet article