Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

Soeurs Wilcox 3 - un nouvel extrait

Publié le 6 Septembre 2010 par F/.

Une demi-heure plus tard, le détective et sa petite troupe s’étaient rassemblés dans le hall de la pension. Miss Lavery, les mains encore humides de la vaisselle du soir, tortillait son chiffon avec une moue consternée.

- Vous partez ? Moi qui croyais…

Holmes s’approcha du comptoir, goguenard.

- Parlons argent, chère miss Lavery. Cinq shillings pour une semaine, six chambres, disons deux semaines, cela nous fait soixante shillings : soient trois livres.

La petite femme avait regagné son poste et ouvert son cahier de comptes. Elle rajusta une mèche de cheveux et attrapa une plume.

- Il y a des suppléments – mais vraiment, je suis navrée que vous et les petites demoiselles deviez partir aussi vite, je pensais –

Holmes posa ses coudes sur le comptoir et s’ébouriffa vivement.

- Fâcheux, n’est-ce pas ? On fait des plans sur la comète et tout s’écroule sans prévenir.

- Je ne vous suis pas…

S’étant rapprochée d’elle, il se mit à murmurer, surveillant le reste de l’assistance du coin de l’œil.

- A dire vrai, mon expérience me pousse à penser que vous auriez pu toucher jusqu’à dix livres de récompense si le numéro que votre interlocuteur vous avait demandé de rappeler avait réellement existé.

- Que…

- C’était moi au téléphone, miss Lavery. Il n’y a jamais eu d’inspecteur William Reade – Reade est un historien, remarquable de surcroit, et un humaniste – vous devriez vous en inspirer. Ma conclusion est la suivante : vous nous devez dix livres, ma chère. Le prix de notre liberté ; le prix de votre gentillesse hypocrite et de votre déplorable faiblesse morale. Où irions-nous, si chacun se montrait prêt à vendre son voisin pour de l’argent ?

- Vous…

Le détective hocha la tête.

- J’ai osé douter de vous, oui. Et on dirait que j’ai bien fait. La conclusion de tout cela, c’est que vous nous devez sept livres, ma jolie : six en incluant vos soi-disant suppléments.

- J’imagine… que vous plaisantez ?

Holmes s’avança dans le vestibule et décrocha un petit tableau champêtre, qu’il inspecta en plissant le front. Puis ses mains s’ouvrirent, et le cadre se brisa au sol.

- Par la peste. Quel maladroit je fais. Je pense qu’il serait judicieux que nous quittions votre charmant sweet home au plus vite, miss Lavery, avant que d’autres incidents malencontreux ne surviennent. Qu’en pensez-vous ? Je vous fais grâce des six livres, vous pourrez le mentionner dans le procès-verbal. Ah, l’honnêteté me force à reconnaître que votre steak and kidney pie pourrait en remontrer aux meilleurs pubs du West end. Pour cette raison, et parce que nous n’avons pas de temps à perdre, je suggère que nous en restions là. Au fond, chacun s’y retrouve, non ?

Sous le menace de son regard, miss Lavery baissa les yeux telle une enfant prise en faute.

- J’ai… J’avais besoin de cet argent.

- Vendez d’autres clients, conseilla le détective, en faisant signe à ses amis de sortir. Et la prochaine fois, choisissez-les idiots.

http://www.eastsussex.gov.uk/NR/rdonlyres/97D353C8-E9BA-45BB-BD19-83CB1D236AEC/0/9hastingspelhamcrescent.jpg

Commenter cet article

orkan von deck 06/09/2010 16:52


Pas besoin d'être Sherlock Holmes pour savoir que quand on s'appelle "Lavery", on cache quelque chose de louche ...