Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

téléphone maison

Publié le 21 Mai 2013 par F/.

Mince, les gens, je crois que j'ai besoin qu'on soit gentil avec moi quand je regarde un film. Je crois que j'ai besoin que le film m'explique clairement de quoi il parle - bien que, dans le même temps, je sois désespérément amoureux de l'état de confusion provoqué par n'importe quelle série B merdique foulant allégrement cette règle d'or du pied. On sait bien que la vie n'est pas simple.

 

http://24.media.tumblr.com/38ad849338d5e1eeecfd1880b0497514/tumblr_mh6d6nDLrR1qe0eclo1_r6_500.gif

 

Bref, hier après-midi, on a regardé Dark Skies, film qui raconte l'histoire d'une famille qui pourrait être la vôtre, si vous étiez assez cinglés pour prendre un crédit sur trente-cinq ans dans l'espoir de vous fondre dans la middle-class républicaine du trou du cul du monde (libre). La famille Barret possède donc un chouette pavillon dans une banlieue résidentielle nickel, bourrée de voisins fachos et ultra-soupçonneux, ainsi que de chiens nécessairement germaniques. Problème : des extra-terrestres lui rendent visite. En tout cas, c'est ce qu'on s'emploie à nous faire croire, à grands renforts de signes et de présages bien lourds - atelier d'art plastique improvisé dans la cuisine à la Rencontre du 3e type, pluie d'oiseaux morts, crises de somnambulisme filmées-mais-fuck-la-caméra-ne-marche-pas, etc. Au bout d'un moment, les enfants se réveillent même avec des marques sur le corps. Alors ça, ça craint, c'est bizarre, et ça sent les services sociaux (qui sont annoncés, d'ailleurs, mais ne se pointent jamais - le scénariste avait cours de krav-maga). Le père ne gère pas la situation comme le ferait un honnête homme blanc. Précisions qu'il est au chômage et que les factures s'accumulent. Ah, le nul. Aurait-on affaire à la chronique d'une mauvaise intégration sociale, suivie de la dépression réglementaire et de son inéluctable dénouement, le meurtre au fusil à pompe ? (La mère s'en tire à peine mieux mais au moins, elle a un boulot : elle est donc moins suspecte.) Au bout d'une trentaine de minutes, tandis que l'aîné des kids commençait à mater des films porno-soft et à parler mal à ses parents, je me suis dit : d'accord, c'est une métaphore sur l'adolescence, et comment les enfants vous échappent, et comment ils deviennent des saloperies d'E.T. incompréhensibles malgré le fait que vous ayez passé quinze ans de votre vie à leur lire des histoires d'oursons gourmands et à confectionner des muffins pour la fête de l'école. ATTENTION : SPOILER AHEAD ! Eh bien en fait non : il y avait vraiment des extra-terrestres. Vraiment, j'ai de plus en plus de mal à comprendre le cinéma américain d'aujourd'hui.

Commenter cet article