Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

the future is yours, dickhead

Publié le 12 Novembre 2012 par F/.

Récemment, j'ai lu ça :

 

 

... et je me suis retrouvé propulsé vingt ans en arrière, au temps de mes pénibles et audacieuses études en marketing, au temps où j'essayais de trouver un sens à tout ça autre que "cesse de penser et prends le fric, dumbass". Les choses ont bien changé depuis. Les choses se sont terriblement compliquées et le positiviste en moi ne peut s'empêcher de trouver ça palpitant. La télé est en train de crever parce que la pub telle que nous la connaissons est en passe de disparaître, et c'est à la fois une bonne nouvelle pour les publicitaires les plus ingénieux et les plus créatifs, et une perspective carrément terrifiante pour nous parce que tout ce processus débilitant censé inciter les gens à acheter des trucs dont ils n'ont par définition aucun besoin réel va connaître un degré de raffinement totalement inédit dans les années à venir. Bon, ce n'est pas exactement le sujet du livre, qui s'intéresse aussi bien à Lynch qu'à Avatar, aux Sims qu'au fonctionnement du cerveau, à Lost qu'à Disney, au storytelling qu'à la crise des networks américains, mais je dois dire que j'y ai retrouvé par endroits d'étranges et fructueuses résonances avec le dernier roman de Jonathan Dee, le bien-nommé Fabrique des Illusions, où un artiste désireux de réinventer la pub propose à un client de ne pas parler de son produit, de ne jamais en vanter les prétendues qualités afin, justement, de créer une sorte de buzz en creux. Le bouquin de Frank Rose a l'intelligence de ne tirer aucune conclusion définitive du vaste tour d'horizon auquel il nous convie. Ce qui se passe sous nos yeux, reconnaissent d'ailleurs la plupart des intervenants, est à la fois trop compliqué, rapide et foutrement passionnant pour que nous puissions prétendre connaître les dieux invisibles auxquelles nous sommes livrés, mais une chose est sûre : le sacrifice est librement consenti et le voyage vaut le détour. Nous voulons des histoires, voilà la vraie constante. Nous nous nourrissons d'incertitudes et de mystères, notre cerveau réclame sa ration quotidienne de récompenses, et les gens qui ont bien compris ça vont se charger de façonner notre avenir tout en essayant de le comprendre, ignorant - ou en tirant parti - les prédictions alarmistes de Philip K. Dick, qui ressemblent de plus en plus à un grand rire étranglé.

Commenter cet article

Aurélien 13/11/2012 13:48

Ça me fait penser au "papoula" qu'on trouve dans un roman de P.K.Dick... "Simulacres" je crois. Une petite bête vraiment croquignolette qui influence l'esprit des gens pour vendre un voyage sur
Mars.
Faire acheter aux gens des produits sans qu'ils en aient conscience, y a rien de neuf, c'est devenu la réalité. Mais la publicité vivante c'est une piste à étudier je trouve... ça serait écologique
en plus... Au prochain grenelle de l'environnement peut-être ?