Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

the life you lead

Publié le 22 Avril 2013 par F/.

Renée est folle - l'a presque toujours été. Renée est belle, mais la folie l'a dépouillé de sa beauté pour la remplacer par une sorte de grâce terrible, abîmée, mortifère. Renée est la mère de Jonathan Caouette, né en 1972 - trente ans à l'époque de la sortie du film. Renée ne se résume pas à un voyage mais son CV fait froid dans le dos : cent séjours en HP, une OD au lithium, une vie d'errance qui commence par une chute d'un toit et se poursuit en apesanteur, dans un grand cri sans fin. Et Jonathan qui filme pendant vingt ans, pour essayer de comprendre cette famille, la sienne, les électrochocs, la déglingue permanente, les questions sans réponses, Jonathan qui traque les gens avec sa caméra, qui interroge et harcèle, qui chiale en gros plan - un jeune garçon homosexuel sidérant de beauté parti à Brooklyn mais qui sait qu'il doit revenir parce que sa mère est partout, là, en lui, qu'elle respire sous sa peau et qu'il ne peut la laisser derrière. En dépit de son montage hystérique et de ses partis pris indé à la Harmony Korine, j'ai été profondément touché par Tarnation, autobiopic hachuré, vaporeux et magique qui dit l'amour, la folie et le temps qui passe, le temps impitoyable sur fond de photos délavées, de films d'enfance et d'éclairs de brutalité lynchienne. La B.O., omniprésente, est une pure merveille, du titre principal (Max Lichtenstein) aux rêveries shoegaze de Low, groupe ô combien cher à mon coeur, en passant par les Cocteau Twins, Magnetic Fields ou Glen Campbell. Je ne sais pas pourquoi j'ai attendu dix ans avant de regarder ce film, dont j'avais à l'époque guetté la sortie avec fièvre mais, d'une certaine façon, je suis content de l'avoir fait. Absolument déchirant. 

 

 

 

 

Commenter cet article