Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

une saison au paradis

Publié le 8 Mars 2011 par F/.

Nobody knows how long / Rustling leaves unrhyme / Lullaby breeze unsung / Babel of dreams / Unwinds in memory. L'un des plus grands albums des années 80 - l'équivalent, si l'on veut, du Ok Computer de Radiohead (qui serait bien en peine, notamment sur son dernier album, de nier la parenté) - est l'oeuvre d'un groupe que les bienheureux profanes associent trop souvent encore à la new-wave et au Top 50 de Marc Toesca. Un single en a été tiré, que tout le monde ou presque connaît : Life's what you make it. Mais The Colour of spring, le chef-d'oeuvre absolu de Talk Talk, est bien plus qu'un écrin à ce hit atemporel. C'est un disque comme on n'en rencontre qu'une fois tous les dix ans, le paria parfait des eighties réalisant l'écart idéal entre pop mainstream et expérimentation jazzesque, préfigurant l'avant-gardisme suicidaire des deux albums à venir, sans renier le moins du monde l'aisance mélodique et le groove élastique de ses deux prédécents opus. On trouve de tout dans ce printemps : choeurs joyeux et mellotrons, guitares élastiques et pianos graves, orgues cosmiques et nappes rêveuses, servis par une production d'une effarante justesse qui, entre la joie et la tristesse, choisit toujours la grâce. Huit chansons uniques, indéfinissables, qui ridiculisent les 9/10e de la production passée et future et dont des écoutes obstinées, aussi attentives soient-elles, ne suffiront jamais à percer pleinement le mystère. Déchirante et superbe, la voix de Mark Hollis plane sur cette cathédrale miraculeusement équilibrée comme un esprit déjà en partance. On sait le sort que lui réserveront les années suivantes. Tant pis pour les sourds : cette saison-là est éternelle.

 

 

Commenter cet article

Thibaut 16/03/2011 14:09


Je peux te faire une confidence, Fabrice?

Outre les quelques liens direct youtube que tu dissémines dans tes articles, j'ai rarement la réelle curiosité d'aller écouter toutes les références que tu cites.

J'ai pourtant eu envie d'écouter ce fameux album de Talk Talk.

Et... J'aime beaucoup. Dès la première écoute.

J'pense que j'vais m'retaper ton blog tout entier dans le sens inverse (me demande pas pourquoi) et me faire une masta playlist sur NeufHeuresEtDemie called "FabFab".

=)

(Ah et au fait, j'aime vraiment ces discussions musicales. Même si tu me largues à chaque article.
Oui je sais j'ai des soucis. Tu me l'as dit toi-même. Regarde qui traine à mon bras à chaque fois que j'te vois...)

Ahem.

Q+ ?


Pascal 09/03/2011 09:41


Ce que tu en dis donne furieusement envie. Thanx !


Pascal 09/03/2011 09:20


Juste, à ma médiathèque ils ont que Laughing Stock, ça vaut le coup aussi, ou moins, ou non, ou pas du tout ? Merci d'avance. Je découvre, j'adore.


F/. 09/03/2011 09:34



Eh bien, Laughing Stock, c'est le dernier album du groupe - après, il y a le solo de Mark Hollis, qui se rapproche de la musique concrète : une voix, un piano, quelques bruits, un chef-d'oeuvre
d'épure - mais disons que c'est déjà correctement barré. C'est un disque qui n'a pas marché du tout, évidemment, mais que de nombreux groupes continuent de citer comme une influence majeure. Ne
pas s'attendre à un format pop. Ne s'attendre à rien, d'ailleurs. C'est planant, angoissant, étrange, magique, à mi-chemin entre certains Pink Floyd, Can, Miles Davis, et n'importe quoi de
fondamentalement différent. Il te faudra plusieurs écoutes, ce qui est toujours bon signe. Mais je pense que tu peux foncer.



Gilles G 08/03/2011 20:37


En deux jours, Elbow et Talk-Talk. Je vais cesser de lire du FC, je vais plutôt écouter les disques dont il cause. Sauf que je le fais déjà (écouter "ses" disques, pas cesser de lire ses bouquins).
Bon, en tout cas, musicalement, c'est mieux ici que chez Gino. ;)


F/. 08/03/2011 20:44



Je crois que tu viens de te faire un ami.



Gino 08/03/2011 14:22


Je sais, je plaisantais. Moi-même, je ne rechigne pas à écouter Laughing Stock.