Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

usage de faux

Publié le 16 Décembre 2011 par F/.

Après Mayenne et Evron hier, j'en ai terminé pour cette année avec les interventions en collège et lycée. Je ne m'en réjouis pas spécialement ni ne m'en félicite mais écrire, c'est bien aussi - bien dans le sens "vital", à présent que j'y pense.

 


 

J'ai tenté de suivre jusqu'à son terme le débat "thriller / polar - bons romans / mauvais romans - ligue / pas ligue - si tu critiques mes livres avec une idée derrière la tête tu es une raclure de fasciste et je vais te casser la gueule, dude", et je dois dire que je suis fier de moi parce que j'y suis quasiment parvenu. En revanche, je n'ai pas appris grand chose que je ne sache déjà.  Oui, il existe bien une sorte de "fracture sociale" du livre ici-bas, qui concerne auteurs et lecteurs, les bouscule dans leur rapport à l'art, le plaisir, la beauté, la frontière est floue mais réelle, et chacun est ravi d'appartenir à un camp ou à l'autre - c'est comme en politique : on se sent exister. A la fin, quelqu'un propose toujours d'arrêter les insultes et de passer à l'alcool ; je ne sais pas si c'est une bonne nouvelle. "Happy the man and happy he alone, Who in all honesty can call today his own" - The Booklover, Divine comedy. 

 


 

Dans la série expérience limite, la saison 6 de Dexter vaut également son pesant de cacahouètes. A quoi carburent les scénaristes, sérieusement ? S'agit-il d'une sorte de pari ? De course-suicide vers le néant dramaturgique ? Le réalisme psychologique, si tant est que cette notion ait jamais eu un sens, n'a certes jamais été le fort de la série mais là, ça dépasse tout - ou plutôt rien. La question du Mal, la seule qui vaille, en vérité, est totalement laissée de côté, et le show apparaît enfin sous son jour véritable : celui d'une potacherie très vaguement sulfureuse, "le Mal pour les nuls" écrit par un publicitaire que le sujet, au fond, n'intéresserait nullement. Oh, dingue : un serial-killer qui s'inspire du Livre de l'Apocalypse ! On se demande où les créateurs vont chercher tout ça. Alala oui, mais attention : là, le tueur, il ne veut pas tuer, il veut faire passer un message. Euh... Et il ne peut pas juste écrire une lettre ? Ah non ! Le studio a acheté quarante hectolitres de faux sang à une fabrique mexicaine, il faut rentabiliser cette merde, maintenant. Bon, ça reste sympa à regarder, il y a quelques passages plus ou moins volontairement marrants mais, définitivement, Dexter est à la métaphysique appliquée ce que Lady Gaga est à la pop-music et du coup, je m'endors un peu trop souvent.   

 

http://www.nodshop.com/cadeaux/faux-sang.jpg

 

 


 

Nous avions vu Mina Tindle en première partie de Beirut. En accoustique, c'était mieux bien sûr : plus spontané, plus innocent, Mina était moins connue, nul producteur n'avait encore mêlé son souffle fétide à sa voix d'ange. Tout ceci est en train de changer. Alors ok, c'est très Paris 11, c'est de la musique automne / vin rouge, ça ne change pas la face du monde, si vous voulez, mais Pauline est française, ouais, nous manquons de joie et de joyaux ces temps-ci et, s'il reste un peu de normalité en ce monde, cette petite fée-là devrait très vite gagner en envergure.

 

Commenter cet article

Mélanie 31/07/2013 09:15

Je rebondis avec un énorme temps de retard pour cause de rattrapage en saisons en vrac. Un peu étonnée par cette unanimité contre la saison 6, c'est plutôt la 7 que j'ai trouvée soporifique à cause
de l'impression que les scénaristes improvisent sans savoir où ils vont et multiplient les rebondissements invraisemblables. Sauf la dernière scène qui m'a fait l'effet d'une claque.

La 6, malgré le fait que la série tourne effectivement en rond, je l'ai trouvée prenante et finalement assez marquante. Il se passe quelque chose de fort, pour moi, dans la relation entre les deux
tueurs au début de la saison, que j'ai du coup dévorée d'une traite. Effectivement, ça ne creuse pas très en profondeur, mais pas tellement moins que les saisons précédentes. Il y a longtemps qu'on
a tourné le dos à ce que la saison 1 avait de dérangeant et de passionnant, même si ça continue à se suivre avec plaisir.

La saison 8 semble par contre démarrer de manière magistrale, en tout cas c'est une des rares fois où les scénaristes semblent réellement développer les conséquences d'une scène-choc de fin de
saison. Je me prends à espérer un final en beauté.

F/. 31/07/2013 09:34



La 8 part assez bien en effet. Il faudra attendre la fin pour revoir les choses rétrospectivement. Pour moi l'ensemble reste très plaisant même si, niveau psy, ça devient de plus en plus
youpi-pop-corn (mais comme tu dis, ça fait longtemps qu'on a cessé d'espérer quoi que ce soit en la matière - de toute façon, le mode de production de ces séries fait que le défi serait
impossible à relever).



cath 22/12/2011 11:57

D'accord aussi, encore une série qui fait "la saison de trop"...

Samantha BAILLY 19/12/2011 21:54

Entièrement d'accord concernant la saison 6 de Dexter... Une grande déception. Où est passée la tension des saisons précédentes ?

F/. 04/01/2012 15:08



La pirouette des trois dernières secondes ne change rien. Je suis vaguement curieux de voir comment les scénaristes vont s'en sortir - j'ai deux-trois hypothèses, en fait.


Au fait : ravi de te voir dans les parages, Samantha.