Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

le jour des bals perdus

Publié le 25 Juin 2010 par F/.

Annoncé pour début août, The Suburbs, 3e album d'Arcade Fire, ne devrait pas trancher résolument avec ses prédécesseurs. On en connaît maintenant le tracklisting :

01 The Suburbs
02 Ready to Start
03 Modern Man
04 Rococo
05 Empty Room
06 City With No Children
07 Half Light I
08 Half Light II (No Celebration)
09 Suburban War
10 Month of May
11 Wasted Hours
12 Deep Blue
13 We Used to Wait
14 Sprawl I (Flatland)
15 Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)
16 The Suburbs (continued)

... et une bonne moitié des morceaux, sortis ici et là, ou joués au Théâtre Granada de Sherbrooke le 8 juin dernier. Conclusion prématurée : le groupe aurait un peu perdu en folie juvénile ce qu'il a gagné en maîtrise et en tension. C'est grave, docteur ? Moi, je n'ai pas l'impression. La chanson-titre, pour ne parler que d'elle, est une merveille, et j'ai déjà avancé cette hypothèse : les Canadiens sont sans doute les seuls à pouvoir encore assumer le statut écrasant de hérauts/héros indie pop, artistiquement crédibles et taillés pour les stades - les derniers, en somme, susceptibles de remplacer Radiohead (lesquels, hasard du calendrier, nous promettent un nouvel album pour la fin de l'année) dans le coeur des bientôt quadras, biberonnés aux Inrocks première formule et élevés aux Pixies, et d'établir la jonction avec les générations suivantes. Confirmation sur pièces très bientôt.

Et puis sinon :

Je cherche des lecteurs pour Bal de givre à New York, mon nouveau roman Wiz à paraître, normalement, en janvier prochain, soit deux ans après sa écriture. Attention : ce n'est pas pour tout de suite - disons pour la fin de la semaine prochaine, mais je préfère prévenir maintenant et prendre d'ores et déjà le nom des personnes intéressées. De quoi ça parle ? Hum, disons New York, hiver, fantômes, jeune fille riche aux souvenirs vacillants. Extrait :

-Vous êtes la fille de Cyrius Claramond ?

Notre limousine était arrêtée à un passage piéton. Le chauffeur avait incliné son rétroviseur pour mieux me voir. 

- Oui.

- Un grand homme, fit-il en enfonçant l’accélérateur tandis que le feu repassait au vert. Dommage qu’il ne soit plus parmi nous.

Nos regards se croisèrent.

- Désolé, ajouta l’homme. Je ne voulais pas vous blesser.

- Ce n’est rien.

Le silence retomba. Dix minutes plus tard, nous longions Central Park. Là-bas, dans les ténèbres, la tour Seth-Smith étincelait.  

- Et vous êtes la petite amie de Wynter…

- Non !

La réponse avait jailli brusquement. Le chauffeur ricana.

- Décidément, je n’en rate pas une. 

Il paraissait amusé.

- Wynter est un ami, fis-je, comme si j'avais voulu me convaincre moi-même. Mais nous ne nous connaissons pas depuis très longtemps.

- Je vois.

Il y avait quelque chose d'éminement désagréable dans ce « je vois » : une pointe de scepticisme qui me laissait penser que Wynter n’en était pas à son coup d’essai en matière d’invitations au bal.

- Ecoutez, déclara soudain le chauffeur, vous semblez être une chic fille et je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais faites attention à cette famille.

- Comment dois-je comprendre ça ?

Là-bas, au bout de l’avenue, une myriade de flashs crépitaient, et le gratte-ciel apparaissait, hautain, superbe, vibrant de luxe et d'angoisse.

- Ne les laissez pas vous dévorer, c’est tout. Ils ont tendance à se servir des gens tant qu’ils ont besoin d’eux et à les rejeter ensuite une fois leur appétit rassasié.

 

commentaires

toujours pas de buts

Publié le 22 Juin 2010 par F/.

Un petit mot sur l'équipe de France en ces heures tragiques : "Les laboureurs représentent la majorité des lombriciens européens. Ils creusent des galeries profondes. Ils ont un rôle écologique important : la terre respire, s'enrichit d'une flore microscopique grâce au recyclage des déchets. Ils se nourrissent de terre mélangée à la matière organique. Leur ennemi n°1, c'est la taupe."

 

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2010-04/2010-04-27/article_bachelot.jpg

commentaires

à propos de futur

Publié le 19 Juin 2010 par F/.

So can you understand ?

Why I want a daughter while I'm still young

I wanna hold her hand

And show her some beauty

Before this damage is done

But if it's too much to ask,

If it's too much to ask

Then send me a son

 

http://themusicslut.com/wp-content/uploads/2009/03/win-butler.png

commentaires

ozons

Publié le 17 Juin 2010 par F/.

J'ai différé, autant que possible, le moment où s'achèverait le merveilleux et terrible voyage. CosmoZ fait partie de ces romans trop rares que vous ne lisez pas mais qui se racontent à vous, malgré vous, à travers vous, vous laissant au coeur, une fois l'ultime page tournée, la marque brûlante de leur absence. La vie est dite, la grande messe païenne, cinq décennies barbares vues, subies, chantées et souffertes par une poignée de martyrs condamnés aux rêves, à l'errance et aux embrasements inéluctables. Il va me falloir un peu de temps pour digérer tout ça. Une fois terminé, CosmoZ réclame d'être posé. Ferme les yeux, lecteur, ferme les yeux et respire tant que tu le peux encore. Tu ne sais plus où tu es, et ce lieu où le grand vent t'a déposé, ce nulle part au provisoire silence, c'est le monde où nous vivons. Ce roman n'est pas une carte, il est le territoire : indéchiffrable, empli de ténèbres. Bonne chance aux critiques ; partir les yeux bandés ne serait pas moins sûr. 

Cliche-2010-06-04-12-23-56.jpg

De quoi parle-t-on ? De tout. Rien ne saurait, dans ce Kansas-là, se réduire à la stricte recension, à l'analyse pseudo pertinente, aux dithyrambes de rigueur : nous nous trouvons, rappelons-le, au coeur d'une tornade, tour à tour dispersés, écrasés, transportés, étourdis. Une chose est certaine : le dernier roman de Claro, à paraître le 18 août chez Actes Sud, est un chef-d'oeuvre littéraire comme on n'en voit éclore, peut-être, qu'une fois tous les dix ans. C'est l'histoire d'un voyage, le voyage de l'Histoire, un poème truculent, d'une tendresse insupportable, procèdant par convulsions, reptations et folles métamorphoses ; on reconnaît très vite, bien sûr, le sceau mortel des grands livres, des livres-monstres, écrasants d'intelligence et de courage. Mais ne vous leurrez pas : vous pleurerez, plus souvent qu'à votre tour, vous pleurerez en riant, vous chanterez, vous avancerez au hasard, gorge serrée, et vous pleurerez encore et toujours, sur le siècle, sur les hommes, sur la folie de ce monde - le seul qui nous reste, semble-t-il, le seul que nous soyons capables de réinventer et de détruire sans cesse au son d'hymnes dissonants, brisés, de préférence chantées en c(h)oeur. Certains romans vous donnent envie de crier "bravo", d'autres de dire "merci" mais quand un livre est les deux à la fois, c'est la gratitude qui l'emporte, et vous savez qu'elle restera, comme son objet, comme l'auteur de son objet.

commentaires

wanted

Publié le 16 Juin 2010 par F/.

Jeune lecteur/trice, âgée de 11 à 15 ans, disponible pour lire 3 nouvelles sous forme de fichier word dans les jours (ou heures) qui viennent et donner son avis. L'une de ces nouvelles pose problème, manifestement. J'aimerais bien en être sûr.

http://dotsie.blog.lemonde.fr/files/2008/05/le-lecteur.1211305558.jpg

commentaires

illusionniste ?

Publié le 16 Juin 2010 par F/.

Ce mercredi, les spectateurs de goût vont pouvoir découvrir L'Illusionniste de Sylvian Chomet, à qui l'on devait déjà les savoureuses Triplettes de Belleville. Le film s'annonce magnifique. En voici quelques extraits, assortis d'une interview du réalisateur :

 

 

Les critiques, on l'imagine, seront au rendez-vous. La gestuelle de Tati, son rapport si particulier à l'espace et au temps, ses personnages funambules et, de facto, en permanent décalage, la tendresse manifestée à l'égard des gens et des choses, tout est là, bien sûr, servi par un dessin d'une grâce assez enchanteresse. En même temps, je me demande si la presse se fera l'écho de la troublante et, selon le point de vue, passionnante ou sordide affaire entourant la naissance même de ce film et le sens véritable du script originel, signé Tati lui-même, et jamais tourné par lui. Pour résumer : Tati avait écrit, à la fin des années 50, un scénario baptisé « Film Tati no 4 », qui aurait été conçu comme une lettre personnelle à sa fille aînée Helga Marie-Jeanne Schiel, abandonnée quelques années plus tôt. Rien, dans L'Illusionniste de Chomet, ne transparaît de cette histoire. Est-ce un mal ? Le spectateur est-il concerné ? Richard MacDonald, fils de ladite Helga, semble penser que oui. Il s'en explique notamment dans un courrier adressé au Chicago Sun Times : "Le sabotage du script original de L’Illusionniste, ne reconnaissant pas les intentions troubles de Tati et les masquant derrière un hommage grotesque et nostalgique, est profondément irrespectueux".  Ouch. Toute cette histoire, évidemment, questionne en premier lieu la personnalité même du réalisateur, auquel une biographie laudative a récemment été consacrée chez Folio - biographie durement critiquée par David Bellos, qui s'était personnellement penché en 2002 sur le cas de Tati et en libre un portrait dont le moins que l'on puisse dire est qu'il n'est pas veulement flatteur. "Il arrive que la finesse et l’intelligence d’un créateur ne soient visibles que dans son œuvre. Si je me suis posé la question : comment cet homme-là a-t-il pu créer ces films-ci, je ne pense pas avoir trouvé de réponse facilement formulable." Crétin à la ville, génie à la scène ? Je ne sais pas vous, mais tout ça me donne surtout envie de revoir les films. Et de juger sur pièces de la pertinence, peut-être partiellement involontaire, du titre L'Illusionniste.

 

http://www.letelegramme.com/images/2009/04/22/346958_tati.jpg

commentaires

la vie comme elle va

Publié le 15 Juin 2010 par F/.

La Vie extraordinaire des gens ordinaires sort en septembre. La couverture est en préparation et je dois dire que le rough de Jean-François Martin me plaît beaucoup :

extraordinaire.jpg

L'ouvrage sera envoyé à quelques blogueurs/blogueuses dès la fin du mois d'août. Il évoque une série de destins hors du commun - d'histoires à dormir debout recueillies par un mystérieux poète : un homme croit qu'il a un cancer et part pour ce qu'il pense être son dernier voyage ; une femme hérite d'une maison peuplée de 96 chats ; une jeune chinoise écrit onze romans exceptionnels ; un adolescent marque trois buts de 90 mètres ; une famille japonaise rafistole un parc d'attractions sur une île ; une vieille femme prépare le meilleur thé du monde ; un ancien surfeur cul-de-jatte attend la mère de toutes les vagues, etc. Vous êtes blogueuse / blogueur, vous écrivez régulièrement des critiques de livres, vous pensez que celui-ci pourrait vous intéresser ?

N'hésitez pas à vous manifester.

 

commentaires

au vert

Publié le 12 Juin 2010 par F/.

"La théorie de la croissance économique est vouée à l'échec sur une planète aux ressources limitées." David Brower, circa 1970.

commentaires

Magical Mystery Tours

Publié le 9 Juin 2010 par F/.

Je serai aujourd'hui à la librairie La Boîte à Livres à Tours de 15h à 17h pour, eh bien, dédicacer des livres, échanger de cordiales poignées de main, deviser gaiement sur la fin du monde, la reproduction des ocelots et/ou les tartes flambées. Pour l'adresse, c'est ici. Venez habillés.

http://media.achat-ville.com/uploads/touraine/Vitrine/8c/com_photo_24528_1198164453.jpg

commentaires

Une perte

Publié le 8 Juin 2010 par F/.

David Markson a quitté le Village.

commentaires
1 2 > >>