Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

partance

Publié le 29 Juillet 2010 par F/.

Vu Inception. Que dire ? Un homme descend dans les strates du rêve, instille par degrés le goût de vivre à un archétype ultra-libéral et fait ses adieux à l'amour coupable qui lui ronge patiemment les ailes. Ce genre de film en dit long sur la capacité d'Hollywood à s'accepter, à se réinventer et à se sauver lui-même. Mieux qu'un chef-d'oeuvre : une leçon.


Terminé la réécriture de La Vie Extraordinaire... Restent les épreuves - sortie le 15 septembre 2010.


Chouette (et conséquent) article dans Le Monde d'aujourd'hui sur L'Ombre de Dracula. Flemme de mettre le lien, et plus que sceptique sur l'impact direct de ce genre de littérature sur les ventes mais enfin, à considérer le peu d'attention dont la production jeunesse est l'objet dans la presse généraliste, il serait malvenu de cracher dans la soupe.


Le disque du jour : le vénéneux Cristal Ballroom de Babx.

commentaires

de tout et de rien

Publié le 26 Juillet 2010 par F/.

La nouvelle du jour : posséder un avatar sur Second Life pendant un an entraînerait une consommation équivalente à la consommation énergétique moyenne d’un brésilien sur la même période, soit 1 752 kilowattheure. Cet été, virtuellement, suicidez-vous utile.


Lectrice, lecteur, bonjour. Je ne poste pas des masses ces jours-ci, c'est vrai, oh, c'est vrai. Trop de boulot pour avant-hier - lastminuteman, c'est mon nom. Les prochaines sorties : La Vie extraordinaire des gens ordinaires en septembre, Bal de givre à New York en janvier, et le 3e tome des Etranges Soeurs Wilcox. Le roman écrit avec Moorcock paraîtra au printemps 2011, inch Allah (je vois le Grand Mike ce soir, d'ailleurs : toujours une grande joie) puis je m'attelerai à Cut. Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, il me reste, lectrice, lecteur, à vous souhaiter un bel été 2010.


Mais je ne pars pas vraiment. Par exemple : je me délecte actuellement du Suburbs d'Arcade Fire, album dont 4 écoutes (oui, je sais, c'est lamentable) sont loin d'avoir suffi, loin s'en faut, à épuiser les beautés.


Une expérience étrange et inédite, il y a quelques jours : essayer de discuter avec des fans hardcore de Léa Silhol qui me reprochent, si j'ai bien compris, mon... absence ? de, euh, sens moral ? Voilà qui m'a rappelé les jours heureux de la Ligue Deu. Ah, ah, qu'est-ce qu'on était cons à l'époque.


La Chevillardise imprécatrice de jeudi dernier m'a beaucoup donné du le rire : "Oh mais vous ne me connaissez pas, attention, je vais m'en prendre au principe de toute chose, je vais saboter les rouages, on ne fera plus de chaque homme impunément comme ça tout à coup un mort." Ouais !

 

http://zata.free.fr/1998/imgs/Blutch_Wayne.GIF

commentaires

une rentrée, deux seigneurs

Publié le 18 Juillet 2010 par F/.

En plein dans Vice caché, le nouveau Pynchon, (excellement, dirait-on) traduit par l'ami Nicolas Richard, et dissimulé sous une couverture d'un mauvais goûit particulièrement exquis, que je vous épargnerai. Los Angeles, 1970, la dope, la dope, une poignée de macchabées et toujours ce sens terrible du dialogue, cet humour tressautant et la pop-culture érigée en métaphysique. Surprise : la première chanson n'apparaît que page 54. Bien plus accessible que les précédents opus, pour l'instant.

 

Le Point Omega de DeLillo, annoncé lui aussi pour la rentrée, ressemble en comparaison à une prière de crotale. Est-ce une critique ? J'ai craint, au départ, lire le roman de trop du Don : art contemporain + digressions masturbatoires sur le siècle, la misère en plein désert. Mais comme on pouvait s'y attendre, le maître solitaire retombe une fois de plus sur ses pattes, avec une maestria de poète zen. Du grand art, pour le coup.
commentaires

man of the year

Publié le 8 Juillet 2010 par F/.

http://www.lexpress.fr/pictures/28/14561.jpg

 

Une question, maintenant : Paul le Poulpe pourrait-il nous dire quelque chose à propos de l'affaire Eric Woerth et des prochaines élections présidentielles ?

commentaires

sortir

Publié le 7 Juillet 2010 par F/.

C'est l'époque. Depuis près de deux mois, une fois par jour en moyenne, on m'invite quelque part : salons, lectures, colloques, interventions diverses. Stupéfiante vitalité d'un milieu littéraire que l'on dit fréquemment exsangue ou sans le sou. Je suis ravi. Mais j'ai une famille. Mais c'est merveilleux. Mais je dois écrire. Mais il y a les amis. Mais c'est épuisant. Mais c'est important. Mais je m'étais promis de lever le pied. Bref. Je serai, à partir de septembre, à Nancy, à Strasbourg (une conférence avec Bernard Werber, ai-je cru comprendre, voilà qui devrait être intéressant, au sens maléfiquement chinois du terme), au Mans, à Montélimar, à la BNF, à Saint-Paul-Trois-Châteaux, à Saumur, et dans un certain nombre de collèges un peu partout en France. Restez à l'écoute.


M. Moorcock est à Paris, jusque fin octobre, dans son nouvel appartement. D'ici quelques semaines, je me pencherai sur notre roman commun. En attendant, nous avons prévu de prendre le thé. How smart, how witty : après tout, il ne fait que 35°C, et les touaregs s'adonnent aussi à ce genre de sport provocateur.


Vendredi : cinq jours à Nantes pour ce qui est devenu, depuis quatre ans et sous le haut patronage de l'Atalante, un authentique rituel. Anniversaire de mariage, anniversaire de Pierre Michaud, visite d'amis (Pierre B., Gess, Soledad) - et la maison de Mireille, le jardin de Mireille, les kayaks de Mireille, son chat, ses chats, nous signale à l'instant l'AFP : sous les sardines, la plage, une certaine idée du bonheur.


Parcouru, à la campagne, le WE dernier, un autre volume du journal de Renaud Camus, oui, cet infâme-ci, villipendé à son temps par les hordes rédemptrices des Inrocks et du Monde pour propos politiq

uement incorrects / antismétisme / whatever you wanna see in it, et défendu, grosso modo, par une maigre cohorte d'amis, dont Emmanuel Carrère. Lu dans la foulée le fameux Corbeaux, journal de bord d'une défaite annoncée, tentative de survie en milieu 100% hostile. Le sujet en est si brûlant et furieusement actuel que je me garderais bien (faute de temps, et ayant déjà eu, ces dernières semaines, mon compte de polémique stérile) d'émettre le moindre commentaire, mais allez faire un tour si vous savez un peu de quoi il retourne, vous serez peut-être surpris.


Vladimir Nabokov pour finir : "Je me suis toujours émerveillé devant des avatars qui pour moi tiennent du prodige : des staliniens ardents qui se transforment en socialistes inoffensifs, des socialistes qui jettent l'ancre dans le port au soleil couchant du conservatisme, et ainsi de suite. Ce phénomène doit tenir de la conversion religieuse, à laquelle je ne connais pas grand-chose. Je pense que Dieu doit sa popularité à la panique des athées."

http://ekult.fr/images/articles/nabokov-vladimir.jpg

commentaires

this is not an exit

Publié le 6 Juillet 2010 par F/.

Evidemment, et comme un simple coup d'oeil au pitch (moins que zéro, 25 ans plus tard) me l'avait laissé subodorer, la lecture du Imperial Bedrooms de Bret Easton Ellis me ramène à Cut, et enrichit mes notes de troublante façon. Retour à Los Angeles = palmiers étiques, dépression, sida, meurtres inexpliqués, indifférence, indifférence à l'indifférence, conversations plus blanches et plus spécifiquement : textos sybillins & vaguement menaçants, art funèbre du "vaguement", cérémonies secrètes dans les collines. Comme David Lynch, Ellis parvient à instiller chez le lecteur une véritable angoisse métaphysique reposant principalement sur son absence d'objet. Ne restent que les sujets : des silhouettes, des dialogues, quelques lignes sur un script, des souvenirs qui pourraient être authentiques ou qui pourraient ne pas l'être. C'est déprimant. C'est très beau. Il faut aimer Los Angeles, aimer ce que cette ville a de détestable, goûter le vide, l'aveuglement et la splendeur accablée du rien pour apprécier pleinement Imperial Bedrooms, et reconnaître en son auteur le fils putatif de Joan Didion qu'il n'a jamais autant été.

 

http://iguide.travel/photos/Beverly_Hills-1.jpg

commentaires

septembre

Publié le 1 Juillet 2010 par F/.

la-vie-final.jpg

... n'est pas le mois où nous nous retrouverons (ce blog ne s'arrêtera que deux semaines en août, grosso modo) mais celui où sortira La Vie Extraordinaire des gens ordinaires, chez Flammarion jeunesse.

Quel est votre livre préféré parmi ceux que vous avez écrits ? Cette question revient très souvent en collège. Ma réponse habituelle : celui qui m'a demandé le moins d'efforts et/ou celui qui m'a fait le plus souffrir. (En règle générale, j'assortis cette déclaration énigmatique d'une analogie de bon goût sur le processus de l'accouchement, processus dont, c'est bien connu, je maîtrise les moindres détails à la perfection). LVEDGO appartient sans conteste à la seconde catégorie : je l'ai rédigé dans une sorte d'euphorie tranquille, entouré de gens enthousiastes et lumineux. J'espère que quelque chose de cet enthousiasme et de cette lumière transparaîtra un peu à sa lecture. Réponse après les vacances.


Message aux candidats lecteurs de Bal de givre à New York : les heureux (?) élus recevront demain soir un message de ma part. Je m'excuse auprès des autres : je commence à recevoir beaucoup de demandes, et je ne peux pas répondre personnellement à tout le monde.

commentaires