Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

the mendelson need you

Publié le 15 Février 2009 par F/.

http://www.jewishgen.org/Ukraine/BarskyFamilyOfOdessa.jpg
Juste avant de partir : s'il y a un Juif dans la salle, ou un bon connaisseur de la culture juive (plutôt ashkenaze), je cherche un relecteur (ou une relectrice) pour Les Exilés, premier tome de la Saga Mendelson, chronique familiale d'une lignée juive suivie pendant tout le 20e siècle - le but étant de vérifier que je ne raconte pas trop de bêtises.


commentaires

rubicon

Publié le 14 Février 2009 par F/.

Ce blog entre en sommeil dix jours pour cause de Rome, Naples, Florence, etc.
commentaires

kapital

Publié le 10 Février 2009 par F/.

Une interview de Viken Berberian et une chronique de son bouquin, loué soit le Grand Architecte en son infinie mansuétude. Par ailleurs, l'auteur est à L'arbre à lettres ce soir, avec son traducteur Claro, pour une causerie au coin du feu capitaliste.
Quelque chose me dit que ça va être fuckin hilarious.



Merci aux gens qui m'envoient des messages persos pour essayer de me remonter le moral mais, comment dire ? il ne faut pas tout prendre au premier degré. Le jour où les choses se barreront vraiment en couilles, ce n'est certainement pas ici que je viendrai m'épancher.



Parfois, il faut deux jours pour être sûr : donc, l'album de Late of the pier est vraiment pas mal dans le genre "enterrons Bloc Party". Quant au bouquin de Junot Diaz, l'archange woody-allenesque de Santo Domingo, c'est tout bonnement un chef-d'oeuvre : Salman Rushdie en plus foutrement délirant et tire-larmes - tout ce que j'aime.

http://sobreactuado.nomadlife.org/uploaded_images/Santo-Domingo-740772.jpg 
commentaires

electrorock

Publié le 10 Février 2009 par F/.

commentaires

la vie, son oeuvre

Publié le 10 Février 2009 par F/.

Tout commence mal : l'année, la semaine, la journée. Des morts en pagaille, des séparations-surprise, une migraine sournoise - si l'auto-apitoiement est un Airbus 380 frimeur, on peut dire que la piste est libre. Détail significatif : il m'est désormais impossible d'envoyer des SMS pour me plaindre. Orange - plus loin ensemble. Hier, de retour de Montfermeil, je m'endors dans le bus et personne ne prend la peine de me réveiller. Quand j'ouvre les yeux, nous roulons tranquillement sur une autouroute. "Désolé, je vous avais pas vu," explique le chauffeur tandis que je m'extirpe de mon siège en maudissant mes ancêtres. Me voici à Villepinte, dans le vent et la pluie. Le prochain bus qui, peut-être, sans doute, ne nous emballons pas, me conduira à une station de RER B dont j'ignorais jusqu'alors l'existence, est censé arriver dans vingt minutes (si on était dans un roman de Jourde, je dirais que c'est plus de temps qu'il n'en faut pour se faire dépouiller). Mais en fait, non. Histoire de joindre l'utile à l'agréable, je me plonge dans mon Transfuge spécial "la littérature française est-elle morte." A question conne, réponse idiote : les écrivains interrogés (français, bizarrement) répondent que non, non, la LittFran va très bien, merci, c'était juste une grippe. Tout cela me mène gentiment jusqu'au tronçon Gare du Nord - Les Halles, où nous restons coincés trente bonnes minutes "pour des raisons indépendantes de notre volonté". Fait positif : j'avais pensé à recharger mon lecteur MP3 en prévision d'une épopée de ce genre (laquelle se conclura bravement par un obscur sandwich au thon). Fait un peu moins positif : je commence à connaître par coeur la BO de Benjamin Button, film ample et ambitieux hélas dénué de toute substance. Heureusement, il me reste des livres : le Koba de Martin Amis, le Gloire de Kehlmann et La brève et merveilleuse existence d'Oscar Wao, à peine entamé mais qui me ramène, dans une langue sauvage et drôlatique, à mon passé de rôliste : le personnage principal, un Ignatius Reilly dominicain visiblement promis à un destin tragique, joue à Aftermath et à Gamma World. La soirée s'achève dans un bar du 12e où le sémillant Patrick Imbert, accompagné d'une cohorte de sales jeunes amateurs de Siancefikssion, me pose des questions sur La fin du monde (le livre) avant de me demander comment je fais pour écrire autant. Hein, quoi qu'est-ce ? Dommage qu'Emmanuel Werner n'ait pas été à mes côtés pour répondre. Mais Patrick, toi qui lis ces lignes, sache (et personne ne me démentira) que tu es beau. Après quoi, une tempête absurde expulse des nuages noirâtres d'un joli ciel glaire-de-lune et ma femme et moi finissons la soirée devant un vague débat politique où un homme de gauche (enfin, assis à gauche), nous explique que la crise (quelle crise ? comme diraient les éditions Milady en couverture d'un récent Livres Hebdo) va durer une petite dizaine d'années. "J'ai besoin d'être un peu rassurée, marmonne notre fille somnambule vers trois heures du matin. Parce que si le sapin tombe..." Je dis, j'affirme, je prétends que le sapin ne va pas tomber. Ce serait un peu trop pour un lundi, ça ne collerait pas. Je me rendors, et la bande-son de mon rêve tragique est une chanson merveilleuse et légère, parfaitement de circonstance.


commentaires

prisonnier de la salle 101

Publié le 9 Février 2009 par F/.

Si : ce soir (lundi 9 février donc), au bar Habibi (44 Rue Traversière, 75012, Métro Bastille, Gare de Lyon, ou Ledru-Rollin), à partir de 20H30 - dans la chaleur étouffante du direct, je parlerai de La Fin du monde.

http://www.granitegrok.com/pix/old_radio_1.jpg
Pour les grands absents, les éternels prisonniers du périph, ou les expulsés d’office, l’interview sera mise en ligne sur le site officiel et également diffusée jeudi 12 de 18 h à 19 h et vendredi 13 de 11 h à 12 h sur Fréquences Paris plurielles 106.3 en région parisienne ou rfpp.net.
Viendez par centaines de millions siouplaît.
commentaires

je signe où ?

Publié le 8 Février 2009 par F/.

Hier, signature / lecture à la libraire jeunesse Les Fées des livres de Bondy, sous la houlette amicale et précieuse de Sabrina et Isabelle, auxquelles je tire mon chapeau : ai signé plus de bouquins que dans trois dédicaces FNAC cumulées, en gros.
Plus que jamais, il faut soutenir ces petites librairies indépendantes qui bossent dans leur coin avec passion et énergie, et illuminent leur quartier. Allez les voir si vous passez dans le coin. Vous repartirez heureux.
commentaires

mouais

Publié le 8 Février 2009 par F/.

commentaires

allons zenfants

Publié le 6 Février 2009 par F/.

Sport : des députés ont eu l'excellente idée de proposer une loi imposant aux joueurs sélectionnés en équipe nationale "l'obligation de chanter l'hymne national pendant son exécution."
Enfin ! Il est grand temps que ces jeunes peigne-culs rentrent dans le rang et commencent à se plier un peu à la dizzipline nazzionale. A titre personnel, je trouve néanmoins l'initiative insuffisante : on pourrait, par exemple, passer par les armes les attaquants ne marquant pas suffisamment de buts ou d'essais ou de paniers, au motif d'un patriotisme défaillant. Tiens, commençons par Benzema : sa façon de rater le cadre, ces temps-ci, s'apparente à mes yeux à une trahison caractérisée. Dans le doute, hop ! une balle dans la nuque, le Benzouille. Et les autres, chantez plus fort, s'il vous plaît : on n'entend rien.

http://dc.img.v4.skyrock.net/dc3/foot143/pics/386897266.jpg

P.S. : j'ose espérer que la loi s'appliquera également aux joueurs de l'équipe de France de curling et qu'elle nous permettra enfin d'écouter la Marseillaise dans son intégralité. Il serait tellement dommage de se priver de passages aussi délicats que Quoi ! des cohortes étrangères / Feraient la loi dans nos foyers ! ou que : Sous nos drapeaux que la victoire / Accoure à tes mâles accents / Que tes ennemis expirants / Voient ton triomphe et notre gloire !
Je vous laisse, je vais me reprendre un viandox.




 
commentaires

en rêve et autre

Publié le 6 Février 2009 par F/.

Notre copain Pierre Bordage est enfin rentré à Nantes. Ceux qui veulent savoir ce qu'il est possible de faire pour lui - et comment - peuvent me contacter en privé.



On réserve : le 2 avril, à l'Arbre à Lettres de Denfert, rencontre avec Claro autour de son dernier bouquin :

[claro_couv_demo2.jpg]
Et c'est votre serviteur qui anime. Plus de détails bientôt.



Reçu il y a quelques jours : de A à X, de John Berger, merveille épistolaire et engagée dont on reparlera au plus vite.


 
Une grande cure d'Arcade Fire ces temps-ci (l'un des seuls groupes de ces dernières années, décidément, à tenir la distance) et un drôle de constat : les meilleures chansons sont bien les moins connues, les versions pirates, les faces B, les impros déglinguées : Intervention en live sur KCRW (l'une des principales inspirations pour Kathleen, mais uniquement cette version, celle de l'album n'a guère d'intérêt), le méconnu My heart is an apple, Neon Bible dans un ascenseur, le premier enregistrement de No cars go, et l'euphorisant I'm sleeping in a submarine, le foudroyant Vampire/Forest Fire (I'm a vampire in a forest fire / Hey, we all got to keep warm / Driving towards the storm - pour moi, l'une des plus belles chansons jamais écrites) ou le déchirant Born on a train (reprise des Magnetic Fields). Que serions-nous sans le Canada ?

http://www.burgoblog.com/wp-content/arcadefire_hi.jpg


Je me suis récemment rendu compte que mes rêves étaient presque toujours accompagnés de chansons. Le problème, c'est que la bande-son qui me reste dans la tête au réveil est parfois si entêtante qu'elle en vient à supplanter le songe lui-même. Ne reste, pour tout indice, qu'une mélodie (cette nuit, c'était encore Animal Collective).
La scène dans laquelle je lisais une critique de l'anthologie Escales 2010 signée Gérard Klein et taillant littéralement ma nouvelle en pièces était, en revanche, fournie en version silence total.
commentaires
1 2 > >>