Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

sur l'affaire Polanski...

Publié le 30 Septembre 2009 par F/.

... je viens de lire ceci et je me sens : peut-être pas moins con, mais un peu moins ignorant.
L'affaire, en tout cas, "produit son agréable quota de bruit blanc". Plusieurs artistes se sont empressé de signer une pétition. "Les cinéastes et auteurs français, européens, américains et du monde entier [on notera ici l'usage intéressant de l'article défini] tiennent à affirmer leur consternation . Il leur semble inadmissible qu'une manifestation culturelle internationale, rendant hommage à l'un des plus grands cinéastes contemporains, puisse être transformée en traquenard policier." OK : ce n'est pas l'affaire elle-même qui est jugée mais les conditions de l'extradition. En gros, y a plus moyen de bosser tranquille, quoi. Surtout que Polanski est un grand cinéaste contemporain. A la rigueur, il ferait des films de merde, bon (euh, personne n'a vu Oliver Twist ou quoi ?) Un peu plus loin, les mêmes artistes tiennent à manifester à Polanski "leur amitié et leur soutien". En vertu de quoi ? Ils n'étaient pas copains avant ?
Polanski a joué au con : je n'étais pas avec lui, je ne sais pas ce qui s'est passé exactement avec cette fille (enfin, une teuf dans les seventies avec Nicholson, il ne devait pas y avoir que du jus d'orange et des Marlboro, quoi), mais à un moment donné, il s'est soustrait à la justice, point barre. La prescription, c'est quand l'affaire cesse d'être traitée. Dans le cas qui nous occupe, elle ne l'a jamais été. Qu'un type soit jugé pour un délit qu'il a reconnu avoir commis, même 30 ans après les faits, bof, ça ne me choque pas plus que ça. Est-ce que les signataires de la pétition étaient en train d'essayer de persuader Polanski de se présenter devant la justice américaine ? Of course not. L'affaire en elle-même, ils n'en ont rien à battre. La question est : qui leur a demandé l'heure, au juste ?
Après, que la loi californienne condamne les relations sexuelles avec une mineure, c'est un autre problème, dont je laisse à de plus motivés ou plus éclairés que moi le douteux privilège de débattre. 

samantha1.jpg image by dendy_ta
commentaires

un bien joli recueil de science-fiction française de qualité

Publié le 29 Septembre 2009 par F/.

Après-demain sort Retour sur l'horizon, anthologie de SF française dont on sait déjà qu'elle suscitera émerveillements transis et prodigieux agacements. La préface, comme il se doit, s'avèrera inutile, hors-sujet, truffée de contre-vérités choquantes ou particulièrement instructive (si analysée par un chroniqueur inculte). Certaines nouvelles nous laisseront "hébétés", "au bord des larmes" ou "mériteront d'être relues dans cent ans" : on leur promettra le GPI, la postérité éternelle, peut-être même un prix Rosny. D'autres seront vouées aux gémonies ; on s'interrogera sur leur pertinence, leur caractère pseudo-expérimental, leur insupportable prétention ; avec un peu de chance, leurs auteurs interviendront en personne sur les forums. Ah, on me signale que ça commence déjà. Bref. Mon propre texte a le redoutable honneur d'ouvrir les hostilités. Je m'interroge <ici : plan rapproché sur l'auteur grimaçant, se grattant le front avec la dernière énergie> : a-t-on déjà vu un sprinter gagner une course en partant du couloir 1 ? Non, bien sûr que non. D'ailleurs, mon nom est le seul qui ne soit pas cité dans la préface. Mon hypothèse est donc la suivante : Serge Lehman a placé ma nouvelle en ouverture pour initier une dynamique de progression. C'est un pari risqué : un peu comme si on vous accueillait en Guadeloupe avec un panier de scolopendres ("oui, mais après, il y a des cocktails"). Cela étant, on a déjà vu des plans diablement plus foireux. Bon, je vais la faire lire à ma mère : si elle passe la page 3, c'est mauvais signe. Je reste confiant.
- Allô, mon chéri (admettons que ma mère m'appelle "mon chéri" : dans la vraie vie, bien sûr, ce n'est absolument pas le cas, mais dans le contexte qui nous occupe, je pense que ça passe mieux. Dans la vraie vie, faut-il le préciser ? ma mère ne m'appelle jamais pour me parler de mes textes. Et je ne lui fais jamais lire mes nouvelles. Si elle pouvait en profiter pour ne pas lire mes romans non plus, ce serait encore mieux. Mais reprenons) Allô, mon chéri ?
- Oh, salut m'man. J'adore quand tu m'appelles comme ça.
- J'ai lu ta nouvelle.
- Ah.
- Enfin, j'ai essayé.
- Et ?
- Ce n'est pas une nouvelle.
- Eh bien en fait...
- Je ne comprends pas très bien. Tu écris une lettre pour dire que tu n'écriras pas de nouvelle ?
- Oui.
- Et c'est ça, ta nouvelle ?
- En gros.
- Pour moi, ça n'a pas de sens.
- Voilà. C'est un texte sur le sens des choses.
- Cette justification tardive n'a pas de sens non plus.
- Maman, j'ai oublié de te demander, est-ce que tu pourrais venir garder les enfants lundi prochain ?
- Le texte de David est bien mieux. Je veux dire, je n'ai pas beaucoup plus compris mais au moins, c'est un texte. J'ai réussi à le terminer.
- Je lui dirai. Je pense que ça lui fera plaisir.
- Comment va-t-il, au fait ?
- M'man, c'est David. Il est en Islande, il me semble. Ou à Seattle.
- Bon. On n'est pas là lundi prochain.
- Ah, merde. Et la nouvelle d'Emmanuel Werner, tu l'as lue ?
- Effondrement machin ? Un titre encore plus prétentieux que le tien.
- Mais tu l'as lue ?
- Tu ne me l'as pas demandé.
- Je ne t'ai pas demandé non plus de lire celle de David.
- C'était la plus courte. Et puis j'aime beaucoup David. Qu'est-ce qu'il devient ?
- Maman, il faut absolument que tu lises la nouvelle d'Emmanuel Werner. Sinon, ça ne rime à rien.
- On verra. Bon, je te laisse. Il y a le type qui vient pour les parquets, je sens que nous allons encore passer une journée fantastique.
 - D'accord. Mais promets-moi que tu -
<clic>
A part ça, j'ai lu la nouvelle de Maheva Stéphan-Bugni (deux fois) et je l'ai trouvée très bonne. Parce qu'ils n'essaient pas de faire les malins, parce qu'ils ne pensent pas avoir un rang à tenir, les auteurs novices proposent souvent les meilleurs textes - avec les auteurs âgés, qui n'en ont plus rien à foutre. En fait, il n'est pire auteur, à mon avis, que celui se souciant des critiques : on en revient à notre point de départ.

http://e3.img.v4.skyrock.net/e3e/cinematrash/pics/1165896886_small.jpg



Journée sympa mais éreintante à Bruxelles hier pour parler 3/4 d'heure à des libraires et à des étudiants attentifs. Dès le départ, je retrouve non sans plaisir mon petit camarade Benjamin Lacombe, qui n'a rien perdu de sa plastique avantageuse, de son amour pour Mariah Carey et de son mauvais esprit de merde (on dirait moi)(pour le mauvais esprit). Disons-le tout net : ce garçon est mal barré.



Chaque soir, et sachant que je vais m'endormir au bout de huit minutes maximum, j'hésite entre lire Vive les vacances de Reiser ou La maison dorée de Samarkand de Hugo Pratt. Chaque soir, c'est Reiser qui finit par l'emporter. Pourquoi ?



Demain, work session chez Mister Moorcock.
Fini de rire.
commentaires

une bien belle soirée

Publié le 26 Septembre 2009 par F/.

Alerte rouge : je découvre avec un mélange de fierté et de panique que Linda Moorcock surveille régulièrement mon blog et lit le français.
Donc, Linda, la soirée d'hier était fantastique. T'ai-je dit à quel point j'adorais ta robe ? Sans même parler de ta sublime toux. Je suis heureux que tu aies mangé toutes tes pommes de terre : j'y vois un signe assez patent de bien-être. Par ailleurs, je suis navré d'avoir dû vous infliger, à toi et à ton merveilleux mari, la présence de Bénédicte L. et Olivier G., qui, tout le monde le sait, sont des convives absolument détestables.
Toutefois, ne soyons pas trop cruels, ces gens présentent au moins une qualité appréciable : ils ne me lisent pas.

Far-Side-Comic-the-far-side-254415_.jpg Far Side image by rampant420



Reçu hier mes deux (pourquoi deux ?) exemplaires de Retour sur l'Horizon, une anthologie préfacée par Serge Lehman qui sent bon l'intellectualisme à deux balles.
Pas lu - je déteste la SF.



Quatre heures de sommeil, cinq heures de dédicaces à venir : ce samedi s'annonce sous les meilleurs auspices.

commentaires

et d'autres choses encore

Publié le 24 Septembre 2009 par F/.

Le premier jet de BIG FAN est terminé. Je ne sais absolument pas quoi penser de ce machin - trop de doutes, sujet étrange, trop longtemps que je n'ai pas écrit pour les adultes, atermoiements en tous genres, bref : respirer à fond, laisse passer une semaine, revenir avec une machette dûment aiguisée.



Lecture ces temps-ci du journal 1973 - 1982 de Joyce Carol Oates ; on ne peut pas dire que la dame fasse partie de mes auteurs préférés mais la personnalité fascine, indéniablement, par ses doutes, sa douloureuse exaltation de vivre - un mélange de pudeur et d'indécence naïve - ainsi que par sa graphomanie compulsive qui ne peut, toutes proportions gardées, qu'éveiller en moi une sympathie inconditionnelle.
L'écriture demeure une joie et une malédiction chez Oates, un aiguillon pervers, un viatique pour l'âme. Demeure la fatigue de l'âge : désormais, la vieille femme, qui a perdu son époux l'année dernière et s'est promptement remariée, n'écrit plus son journal mais se contente d'archiver ses mails. Longue vie encore à elle.

http://www.actualitte.com/images/news/1126.jpg



Aux dernières nouvelles, Mike Moorcock et sa délicieuse épouse viennent toujours dîner ici demain soir. Je me demande comment je vais le présenter à mes enfants : le type qui écrit avec papa ? le Grand Dieu Pan ? un genre de Père Noël ? Il faut bien reconnaître qu'il est un peu tout ça à la fois. Et oui, bien sûr : le projet Elric avance.



Rappel ! Dédidaces Brigade Chimérique en présence du dessinateur et des deux scénaristes (qui dessinent que dalle, eux, mais possèdent des tampons spéciaux - accrochez-vous) :
- Vendredi 25 septembre : FNAC Saint-Lazare (9°), 12h30 puis Super-Héros (175 r St Martin, 3°) de 16h à 20h
- Samedi 26 septembre : Scylla (8 r Riesener, 12°) de 14h à 17h puis Atout-Livres (3 Bis av Daumesnil, 12°) de 18h à 20h20.



Lundi : journée à Bruxelles, pour un colloque "pleins feux sur les éditions du Seuil Jeunesse" auquel je participerai en compagnie du sémillant Benjamin Lacombe. Ai-je précisé que j'adorais les Belges ? Les gens les plus cinglés et les plus délicats de la Terre.



Et maintenant : répondre aux 300 mails et interviews et demandes que j'ai laissés en suspens, dissiper les sorts, repousser les malédictions.
commentaires

under a blood red sky

Publié le 23 Septembre 2009 par F/.

commentaires

et vous ?

Publié le 22 Septembre 2009 par F/.

Un roman : Denis Johnson, Personne bouge.
Un album : Yacht, See mystery lights.
Une série TV : Breaking bad, s02.

http://farm3.static.flickr.com/2358/2212182641_855dbc3626.jpg
commentaires

noël sur mars

Publié le 21 Septembre 2009 par F/.

Les fans des Flaming Lips (rarement je me serai senti aussi seul en écrivant cinq mots) commençaient légitimement à se ronger les ongles à l'écoute des deux précédents albums : malgré tout l'amour porté à Wayne Coyne (je n'ai pas dit "admiration" : j'ai bien dit "amour"), on pouvait en effet voir poindre dans Yoshimi battles the pink robots... et surtout At war with the mystics, une certaine tendance à l'harmonisation, voire - horreur ! - à une forme d'apaisement. En vérité, c'était reculer pour mieux sauter : Embryonic, le douzième effort des aliénés d'Oklahoma City, est un double-album passablement barré, une genre de fanfare psyché-rock malade et joyeuse avec de vrais morceaux d'espace dedans, qui redonnera le sourire aux admirateurs de Transmissions from the satellite heart et Clouds taste metallic et fera fuir à toutes jambes ceux qui avait découvert le groupe avec Do you realize ? et autres gentillesses pop sucrées. Cette musique vient de très loin : à la troisième écoute, je reste incapable d'en dire plus. La parole, en ce jour, est donc laissée à celui qui sait :

The Flaming Lips -

A TRACK-BY-TRACK Review from Wayne Coyne

http://images.starpulse.com/Photos/Previews/Flaming-Lips-ww04.jpg

1) CONVINCED OF THE HEX

The basic track is a first take freak-out jam with Steven on drum kit, Kliph on another drum kit and me (Wayne) on wobbly, distorted bass. The initial recording went on for about 10 minutes. We edited it down to just the section where the groove was best. This was our first successful attempt at merging a low-fi distortion jam with hi-fi computer overdubs. This was the first in a series of lyrics inspired by repeated viewings of the controversial film, “The Night Porter” (made in 1974 by the radical Italian director Liliana Cavani.) Its themes of submission and obsession and cruelty and pleasure really put the zap on my sleep-deprived head.

 

2) THE SPARROW LOOKS UP AT THE MACHINE

A simple rhythmic mantra about the meaning of the concepts of power and submission and nature vs. technology….but not for defiant reasons…..to be in awe of things that have power….even if it has the power to control you….to mentally get past the fear of being dominated and to embrace the realization of our helplessness.

 

3) EVIL

An underlying story of regretting not being able to detect and understand evil…being haunted by how kind, gentle creatures are easily overpowered by the violent, mean beings…..humans are capable of such horrible things and create so much suffering in the world.


4) AQUARIUS SABOTAGE

Another of the early freak-out jams that showed us a new way. We began to name our free-form sessions using astrological signs. We didn’t know how many we’d end up with, so this naming system was a solution to keeping track…..but it quickly began to color what the little pieces of music meant. I guess everybody already has an abstract concept in their mind that is evoked by the zodiac stuff.

 

5) SEE THE LEAVES

A simple, menacing groove, but also a kind of grinding machine…..it implies a primitive self-exploration…..to understand life, we must, sadly, understand death….to know the value of love, we must try to understand the nature of evil….to know ecstasy, one must explore suffering. Crazy, panic drums by Kliph.

 

6) IF

A quiet response to the song “Evil.” It says, “yes….people are evil….it’s true.” But humans have within them the capacity to do the greatest of kindness….if they decide. Sung by Steven. Done with a little digital recorder sitting on top of the Fender Rhodes.

 

7) GEMINI SYRINGES

Features Thorsten Wörmann doing sound bites explaining some fundamental mathematical equations involving polynomial rings….but also featuring Karen O making clicking gunshot sounds.

 

8) YOUR BATS

This song began as a free-form rock jam with Steven on drum kit, Kliph on congas and me, again, on wobbly, simple bass. Lyrics inspired again by themes of digression - accepting human nature as disturbing.

 

9) POWERLESS

One of our longer guitar solos ever put into a song. Lyrics and mood of waiting in the dark…..scared of what you might find.

 

10) THE EGO’S LAST STAND

Strange song about standing with my mother watching a small kitten die on her porch…

 

11) I CAN BE A FROG

A kind of Sonny and Cher back-and-forth love song. Karen O makes joyful animalistic outbursts.

 

12) SAGITTARIUS SILVER ANNOUNCEMENT

Voice from beyond was added to early spooky jam. Religious choir vocal things by Steven. The lyrics imply that to surrender to our primitive desires and obsessions is the only way to pure freedom

 

13) WORM MOUNTAIN

A spontaneous, heavy, Lightning Bolt-style jam. MGMT join in with singing and shakers…..freedom to fail.

 

14) THE IMPULSE

A mellow observer voice tries to remind us to see joy in all situations and to redefine what pleasure is.

 

15) SCORPIO SWORD

The most free-form of all of the early freak-out jams. Initial recording goes on for about 10 minutes. This is just a piece of that. Michael on bass, Steven on wah Rhodes, Kliph doing exploding drums and me on echo 12-string guitar.

 

16) SILVER TREMBLING HANDS

At last, the ecstasy of following her more true animalistic urges……the “she” in the song finally gets the ultimate high.

 

17) VIRGO SELF-ESTEEM BROADCAST

Thorsten Wörmann can be heard giving the final blow that will, at last, destroy our ego and let us begin again!! He says, “you think the forces have control….well, there are no forces and they have no control…..it’s just you and me…..and we fear anything that looks like the sun……and we, by our own design, are helpless……this is the beginning…..” Kind of a religious mantra that says “destroy all religion.”

 

18) WATCHING THE PLANETS

Tribal conquering dirge. Karen O kicks in singing with me and Steven. A final revelation that celebrates the power of nature and implies that the only laws worth obeying are the laws one makes for oneself. Experience is the only teacher…..

-Wayne

2009

commentaires

effacer tout

Publié le 21 Septembre 2009 par F/.

« Je n’ai pas envie de parler, mec. Je n’ai pas envie non plus que ça se termine mal. Tu devrais rentrer chez toi. »

William secoua la tête. « Je crois savoir ce que vous faites, monsieur Yorke. Je crois savoir ce que l’on veut que vous fassiez. Et je voulais vous dire que je suis avec vous. 

- OK.

- De rien. Vous l’avez vu ?

- Qui ? Non.

- Le Kid A. Le Kid A dont vous parlez.

- Putain. »

Thom se passa une main dans les cheveux. La voiture n'était pas partie. Se penchant vers la vitre, il murmura quelques mots au chauffeur. La portière s’ouvrit. L'homme qui avait posé pied à terre n'était pas vraiment un homme. William se raidit.

« Comment avez-vous eu connaissance de cette adresse ? »

 


 

Une bonne façon de commencer la semaine.



Laquelle culminera en excellente compagnie : avec le grand Gess et le magnifique Serge Lehman, je signerai quelques exemplaires de la non moins munificente Brigade Chimérique : 

Le vendredi 25 : à la FNAC Saint-Lazare (9°), 12h30 puis chez Super-Héros (175 rue St Martin, 3°) de 16h à 20h.

Le samedi 26 : chez Scylla (8 r Riesener, 12°) de 14h à 17h puis à Atout-Livres (3 Bis av Daumesnil, 12°) de 18h à 20h20.

 

 

 

commentaires

nous vous devons une reconnaissance éternelle...

Publié le 18 Septembre 2009 par F/.

... pour ça.

http://debianiste.org/public/toy_story/toy_story_squeeze.jpg

Et sinon : le site officiel de la Brigade Chimérique est en ligne, mécréants. Gloire à Nous Autres.
commentaires

la tête dans le sac

Publié le 16 Septembre 2009 par F/.

Allan Grainger est un expert ès solitudes. Pour environ 4€, on pourra bientôt acquérir l'une de ses oeuvres tronquées avec un texte à l'intérieur.
On peut déjà, en fait.

commentaires
1 2 3 > >>