Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

comètes

Publié le 26 Mai 2013 par F/.

Une grande actrice est morte il y a quelques mois dans une indifférence quasi générale. Besedka Johnson avait 87 ans ; elle avait été découverte deux ans plus tôt dans le vestiaire d'une salle de gym de Los Angeles. Son seul fait d'armes : un rôle dans un film ayant rapporté moins de $100 000 au box-office américain. Et quel film ! Tourné en grande partie à Van Nuys, Starlet met en scène deux femme que tout, en apparence, oppose. Jane (jouée par le mannequin Dree Hemingway, sidérant de grâce et de naturel) loue une chambre dans l'appartement de Melissa et Mikey, qui fricotent gentiment avec l'industrie du porno. Son meilleur pote, in fine, est un Chihuahua : le Starlet du titre, un peu indolent. Désireuse de redécorer sa chambre, la jeune femme chine des objets dans les vide-greniers du quartier. Au fond d'une thermos achetée trois fois rien à une vendeuse atrabilaire (Sadie, jouée par Besedka Johnson), elle trouve dix mille dollars en rouleaux de billets. Curieuse sans doute, coupable peut-être, elle essaie de gagner le coeur de la vieille femme - quitte à s'imposer dans sa vie. Filmé comme un rêve, Starlet est un petit miracle de légèreté et d'émotion, une ode à la fragilité et à la pudeur portée par deux actrices qui ne savent pas ce qu'elles font. Je n'aime rien tant, je crois, que ces pépites ultra-indie tournées avec trois bouts de ficelle. Sous le ciel vert-filtré de la cité des anges, deux solitudes s'apprivoisent et il est déjà trop tard.

 

 

Commenter cet article