Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

leave R.J. Ellory alone

Publié le 7 Septembre 2012 par F/.

R.J. Ellory pris la main dans le sac : il gratifiait lui-même ses bouquins de commentaires enthousiastes sur Amazon (je ne vous ferai pas l'injure de vous indiquer les liens : vous les trouverez sans peine). Combien de commentaires, en quelle proportion ? "On" s'en tape. Quel est l'impact d'un commentaire sur les ventes ? De dix, de cents ? En France, dans d'autres pays ? Qu'est-ce qui empêche un éditeur de se livrer à semblable exercice, un auteur d'envoyer ses potes au charbon, sa mère, sa grand-mère ? Quid de ces auteurs totalement inconnus dont les ouvrages se voient miraculeusement gratifiés d'une rimbambelle de commentaires 5 étoiles ? Est-ce que c'est OK si on n'est pas connu ? Plus généralement, qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un à faire ça ? L'ego ? Le fric ? "On" n'en parlera pas. "On" est simplement ravi qu'un type se soit fait gauler. Un qui vend, qui plus est, ah, ah - cet enfoiré va payer pour les autres, préparez le goudron et les plumes. L'ordre morale a été bafoué, bonnes gens : on peut maintenant noyer l'affaire sous un torrent d'approximations et de jugements à l'emporte-pièce. Attention, hein. Je ne suis pas en train de dire que c'est cool. Voler un truc chez Monop ou mentir à sa copine ou se faire passer pour quelqu'un qu'on n'est pas n'est pas cool non plus mais vous voulez un scoop ? D'après une récente étude, le mâle occidental moyen mentirait six fois par jour - y compris à des sondeurs. Ce qui n'est vraiment pas cool, on le sait tous, c'est se faire choper. Et on est trop content quand ça arrive à quelqu'un d'autre.

 

 

 

Mais revenons à Amazon. A titre personnel - je vous ai assez emmerdé avec ça, je crois -, je me suis récemment pris dans la gueule plusieurs commentaires lapidaires dont j'ai toutes les raisons de penser qu'ils n'émanaient pas d'un lecteur lambda. C'est le jeu, paraît-il, un jeu malsain et idiot qui pue la trouille et la rancoeur mais, comme me l'a gentiment rappelé le site marchand quand je me suis tourné vers lui, c'est un jeu qui n'a "rien d'illégal" tant qu'il n'y pas diffamation. R.J. Ellory n'a pas eu l'occasion de s'exprimer sérieusement sur l'affaire. Il a servi à la presse les excuses plates et piteuses qu'on attendait de lui. Il est coupable, point, qu'on lui coupe la tête. Bon, il se trouve que ce type est mon copain - le copain, je crois, d'un certain nombre d'auteurs et de fans français, un monsieur d'une gentillesse et d'un altruisme proverbiaux doublé d'un excellent écrivain mais, à vrai dire, ça ne change rien, je défendrais n'importe qui de la même façon, ouais, même toi, dans le fond. Parce que c'est quoi, cette pseudo éthique à sens unique ? Est-ce que la presse parle des quatrièmes de couverture comiquement abusives rédigées par la plupart des éditeurs ? Est-ce qu'elle s'étrangle d'indignation quand un jury compare Zeller à Kundera ? Est-ce que les lecteurs savent que les "sélections FNAC" et autres sont payantes ? Est-ce que l'existence de sommités à quadruple casquette, auteur/journaliste/éditeur/juré pose problème à quelqu'un ? Est-ce qu'on a droit à des articles de fond sur les magouilles du Goncourt ? Oui, les amis, le monde de l'édition est une industrie, avec tout ce que ça comporte de bruits de chiotte et de pratiques douteuses. Maintenant, si vous êtes prêts à prendre les commentaires d'Amazon, ou quelque commentaire que ce soit pour parole d'évangile, c'est votre problème. Mais Roger n'a pas à payer pour tout le monde.

 

 

Commenter cet article

Soizic 15/09/2012 13:43

Merci ! Merci parce que je n'en pouvais plus de ce lynchage hypocrite à gerber autour de Roger. Purée, non seulement cet homme est vraiment un fabuleux écrivain, mais en plus c'est un homme bien,
un grand monsieur, d'une rare gentillesse et d'une générosité incroyable...

Je suis écoeurée par toute cette hypocrisie ! Je rajouterais aussi que nul part il n'est fait mention de ce que touche un auteur à succès pour dire tout le bien qu'il pense du roman d'un collègue
en une petite phrase dithyrambique en 4ème de couverture !

Pour une fois que les médias parlent d'un auteur de qualité, un vrai quoi, pas du Angot ou du Levy ou du Zeller, il faut que se soit pour ce genre d'anecdotes minables... A croire que les
"journalistes littéraires" se sentent menacés et qu'ils ont trouvé en Roger le bouc-émissaire idéal !

Quant aux critiques que Roger a faites sur d'autres livres que les siens... Et bien je dirais qu'il a parfaitement le droit d'émettre des avis sans avoir besoin de s'excuser pour ça ! Ou alors il
existe une loi tacite dans le milieu de l'édition qui dit que quand on est publié, on n'a plus le droit de dire que l'on a pas aimé un roman... Bon.

Et puis aussi, comment diable tout ceci a pu être découvert ?!?

Cyril 08/09/2012 14:10

C'est quoi cette étude sur les mensonges du mâle occidental ? Quel protocole pour cette étude : comment fait-on pour mesurer le mensonge d'une population ?! Et les femmes occidentales ? et pourquoi
l'occident seulement ?

S. 07/09/2012 12:40

Oui, enfin, ça date de 2008, il aurait largement eu le temps (s'il y avait accordé une quelconque importance), de tout supprimer. Ca reste marrant qu'il se soit fait pincer (et qu'il assume, pas
comme un autre auteur US qui avait eu le "bon goût" de charger son épouse "vous savez ce que c'est, elle est amoureuse, elle a cru bien faire" et qui s'est pris un joli retour de bâton quand ils
ont divorcé ("Les commentaires bidons sur Amazon ? C'était tout lui et rien que lui !")). Ce qui l'est moins, c'est que tout en s'encensant (et de fait, ses romans SONT bons) il tapait sur les
copains. Pas très élégant, tout de même.

François 07/09/2012 11:32

Roger, un Muscadet!

Myrtille 07/09/2012 10:50

Tout à fait d'accord. beaucoup d'hypocrisie dans tout ça ! je ne lis jamais les commentaires d'amazon (d'ailleurs je ne vais pas sur Amazon en général, je préfère me fier aux critiques des divers
blogs de lecture, souvent plus sincères que le copinage médiatique.