Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

c'est pour qui ?

Publié le 17 Octobre 2012 par F/.

Tiens, en me promenant sur la page Tarifs de la Charte des auteurs jeunesse, je découvre aujourd'hui le passage suivant : "Le tarif des journées de signatures est la moitié de celui des rencontres, soit 203 euros brut la journée et 123 euros brut la demi-journée. Libre à l’auteur ou à l’illustrateur ayant participé à des rencontres associées à un salon d’accepter d’effectuer gratuitement une séance de signatures (une demi-journée de signatures pour une journée de rencontres)." Évidemment, j'avais déjà entendu parler de ça, mais je m'étais jamais demandé concrètement pourquoi ça me trouait le cul à ce point. Maintenant que j'y ai réfléchi, je peux vous en parler. Hey, amis auteurs, 123 euros brut pour trois ou quatre heures de présence, vraiment ? En salaire horaire, c'est beaucoup mieux payé qu'une caissière de supermarché, à ceci près que 1) la caissière, c'est pas vous, c'est le libraire 2) personne ne vient vous insulter, en principe et 3) sur chaque bouquin vendu, vous touchez des droits d'auteur. Alors OK, les dédicaces, ça peut être chiant, y a du bruit, y a des gens, etc., mais primo, personne ne vous force que je sache et secundo, vous n'êtes pas en train de bosser, bordel : vous êtes juste assis sur une chaise avec vos potes, hôtel et restau payés, à attendre que des gens viennent vous dire à quel point vous êtes super pendant que la librairie française essaie de ne pas crever tout en s'échinant à vendre vos livres. Le problèmes des dessinateurs de BD, je l'admets, est un peu différent : dessiner, c'est un boulot, un boulot fatiguant, même, et il y aura toujours des petits malins pour revendre votre taf sur eBay sitôt rentrés chez eux. Là, je peux comprendre. Une autre situation extrême où je peux concevoir qu'on veuille du blé ?

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e5/Geronimo_Stilton.jpg/250px-Geronimo_Stilton.jpg

 

Mais une dédicace d'auteur ? Rappelons à ceux qui l'ignoreraient que l'auteur jeunesse touche, pour une journée de rencontre (= 4 ou 5h, en général), un gentil 3/4 de RSA. Je ne suis pas en train de dire qu'on est riches. Je suis en train de dire que libraire est un métier de passion, que les salons du livre font vivre le livre - j'ai encore pu le constater ce WE à St Etienne - et qu'on devrait tous jouer le jeu sur ce coup-là, ou bien rester chez nous. Vous voulez gagner du fric ? Écrivez des livres qui se vendent.

 

Commenter cet article

Martin 30/10/2012 19:01

Hello,
Je ne connais aucun auteur qui demande à un libraire de le payer.
Ensuite sur des salons, qui reçoivent subventions publiques et privées, ça ne me paraît pas choquant. En peu en discuter. Mais là encore : ça n'arrive jamais. A ma connaissance. Et on y va avec
enthousiasme.
Libraires et auteurs marchent main dans la main.
Quant aux auteurs qui sont payés pour les rencontres scolaires ou dans les bibliothèques... C'est correctement payé, c'est vrai, mais réjouissons nous en (les auteurs n'ont pas droit au chômage, et
leur condition est précaire, donc ça a du sens). Ce qui est scandaleux c'est que le RSA soit si bas, que le smic soit si bas.
à plus,
Martin

Pascale 17/10/2012 12:39

Dans la pratique, peu d'auteurs demandent à être rémunérés pour une séance de dédicaces. La plupart du temps, il y a en amont des rencontres, bien payées en effet, et la présence sur le salon fait
partie du deal. S'il n'y a pas de rencontres en amont, à chacun de voir s'il est décidé à passer un week-end à l'autre bout de la France pour s'asseoir derrière une table et signer quelques
dizaines de livres (bon toi, c'est des centaines, ça change un peu la donne) ce qui représente quelques dizaines d'euros en droits d'auteur. Pour ma part, je n'y vais dans ce cas que 1) si c'est un
coin de France que j'aime bien 2) si cen'est pas un coin de France 3) si c'est un coin où vivent des gens que j'aime bien 4) s'il y a parmi les auteurs invités des gens que j'aime bien 5) si les
organisateurs sont des gens que j'aime bien. Ce qui fait qu'en général, j'accepte.

claire Gilbert 17/10/2012 10:49

Si seulement ils pouvaient tous se vendre aussi bien que les tiens lol