Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

le film de votre vie ?

Publié le 24 Mai 2011 par F/.

Tenter de convaincre ses détracteurs que Tree of life est un film immense serait aussi inutile que, par exemple, d'expliquer Turner à un amateur exclusif de comics - et je n'ai rien contre les comics. Le cinquième film de Malick est une oeuvre totale : un poème, avant toute chose, qu'il serait vain de juger à l'aune de la production cinématographique actuelle, et muni des critères d'évaluation mundane. C'est un film habité - littéralement - par la grâce. Tout ce qu'on peut lui reprocher : lourdeur, ennui, lyrisme pompier est, sous un certain angle, recevable, mais celui qui montera réellement dans l'arbre n'en descendra plus, ne voudra plus jamais en descendre. Je suis un amoureux de Malick - j'aime, de façon générale, les mégalomanes prétendant faire entrer la vie entière dans une oeuvre d'art : Dostoïevski, Kubrick, Joyce et quelques autres, et il me semble qu'il est primordial de lâcher prise avant d'entrer dans ce film, comme on entre dans une église. Le réalisateur, d'ailleurs, est assez clair là-dessus, qui montre le sommet infini de l'édifice, mais aussi un enfant enjambant bravement les bancs, ou un homme à genoux, incrédule, ou des gens qui sortent et se perdent - ils ne se retrouveront que lors de la séquence de presque-fin.

Un artiste véritable ne devrait rien tenter d'autre, selon moi, que de se brûler au feu du mysticisme le plus ardent, et échouer magnifiquement, bien sûr. Il y a des corps en mouvement, dans Tree of life, de la matière en fusion, un mélange constant de grâce et de force qui dit le mystère de la vie et la nécessité de l'abandon. Jamais, je crois, je n'avais vu conjugués avec une telle efficience et une telle profondeur la forme et le fond d'une oeuvre filmée. On peut revoir le film dix fois, penser que le cinéma ne sera plus jamais pareil après ça, ou seulement un peu plus vain, un peu plus futile, et on peut aussi se lever en se jurant que plus jamais. "Je ne sais pas ce que j'ai vu", dit ma femme. Je pense que c'est à peu près ce qu'on ressent lorsque l'on meurt. "Je ne sais pas ce que j'ai vu".

A la fin du film, quand les lumières se rallument, des spectateurs rient ouvertement. Dieu, la vie, tout ça ressemble effectivement à une arnaque incompréhensible.

D'autres disciples restent assis, sidérés. J'en suis.

 

http://www.lepoint.fr/images/2011/05/16/tree-of-life-malick-cannes-314525-jpg_195204.JPG

Commenter cet article

Marco 16/07/2011 14:46


Pour moi le sommet malickien demeure "The Thin red line". Mais Malick reste Malick dans tous ses films (ma terreur: apprendre sa mort, apprendre qu'il n'en fera plus d'autre). Merci pour cette
magnifique critique.


Arbapin 31/05/2011 17:53


J'ai vraiment aimé ce que vous avez écrit sur ce film... c'est ce que j'aurais aimé pouvoir formuler.
Une phrase à méditer, et qui s'applique à cette oeuvre :

"Quand la tempête fait rage et que l'Etat est menacé du naufrage, nous ne saurions rien faire de plus noble que d'ancrer nos études pacifiques dans le roc de l'éternité"

(Johannes Kepler)


Yulenka 30/05/2011 15:52


J'ai été portée par ce film dès la première minute. Mes larmes ont coulée tout du long, pour toutes sortes d'émotions qui m'ont submergée. En rentrant, je me suis blottie dans les bras de mon mari
en pleurant encore.
Ce film est immense... Indescriptible... Merveilleux...


F/. 31/05/2011 08:56



Je suis heureux que ce film vous ait rendu heureuse, Yulenka. Il ne cesse de me hanter.



Kolia 26/05/2011 17:01


Ah, je n'ai pas aimé le film pour les raisons que vous avez cité, et j'ai dit exactement la même chose que votre femme à la fin de la projection.

A part ça, j'ai trouvé le film très beau et les acteurs très bons.


Pascal 26/05/2011 11:10


Quelle merveille... Pas l'ombre d'un divorce en vue, mais des heures de discussions passées et à venir. Tu as dit le mot. Poème. Visuel. Musical. Sensoriel. La vie, l'univers et le reste. Et même
un petit peu plus. Tout ça en 2h20. Des larmes. Des sourires. Des yeux écarquillés. Merde...

A part une double page dans Libé, je vois pas ce qu'on peut attendre de mieux en 2011.


F/. 26/05/2011 11:24



Ah ! Là, tu me fais plaisir !