Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
(please follow) the golden path

Llittérature, films, séries, musique, etc.

personal jesus

Publié le 15 Mars 2012 par F/.

En préambule à toute évocation des Shins, il y a évidemment cette scène mythique de Garden State - Nathalie Portman, féerique, et ce crétin qui ôte son casque beaucoup trop tôt :

 

 

Et puis, en ce qui me concerne, il y a la route 40 qui, de Barstow, longe le désert Mojave par le Sud, s'en va vers l'Est et, à hauteur de Needles, se jette dans l'Arizona tel un fleuve avide de mort. Pourquoi cette route ? Parce que c'est là que, pour la première fois, nous avons écouté Wincing the night away, troisième album de The Shins, le dernier avant Port of Morrow, donc, qui sort ces jours-ci et ne dépare en rien une discographie strictement miraculeuse. Car je vous l'affirme, mes soeurs & mes frères : quiconque n'a pas écouté Saint Simon un jour de joie puis de tristesse (ou inversement - peu importe, en vérité), ne peut prétendre avoir percé pleinement le sens de l'expression "pop-music" : des chansons trop légères pour n'être que des chansons, des paroles qui tracent en nous des signes que nous sommes seuls à comprendre. The Shins, c'est l'élégance pop ultime déguisée en geek-band pour college radio - un ange du bizarre faussement paisible, guitare en bandoulière et sillage de choeurs enchantés qui, oui, changera peut-être votre vie si vous le laissez vous effleurer l'épaule. Le line-up a été modifié, pour ce quatrième opus, le son est un peu plus poli, certains diront que Mercer peine à se renouveler - parce qu'il faut bien dire quelque chose. Personnellement, je n'ai écouté Port of Morrow que cinq fois depuis hier et je suis déjà épris, accro, six feet under. Alors, je ne sais pas, peut-être que j'ai un problème avec ce groupe - le genre de contrariétés que vous finissez fatalement par vous attirer si vous confiez la clé de votre coffre au trésor à quelqu'un que vous ne connaissez pas mais qui lui, pour sa part, sait tout de vous depuis toujours. "I've been down the very road you're walking now. Doesn't have to be so dark and lonesome."

 

 

Commenter cet article

christelle 16/03/2012 13:19

je viens de finir blue jay way en attendant le club lecture, faut que je reprenne ma respiration. quelle atmosphère ! le thriller te va bien en tout cas, vivement le prochain (j'espère qu'il se
passera à Miami !). et tu nous embrouilles toujours, c'est pas possible ! bon moment de lecture, et pour moi il s'est fait avoir. ou pas...

F/. 16/03/2012 13:44



Hello Christelle,


Pas impossible qu'il y ait un peu de Floride dans le prochain, mais un peu seulement. Ravi que ça t'ait plu en tout cas, j'attends ton retour écrit avec impatience !


Bises,



Laurent 15/03/2012 09:55

Bon, il enlève son casque trop tôt, ok. Mais à ce stade, il s'en fout déjà de la musique: Il veut juste se faire la meuf.

F/. 15/03/2012 10:07



C'est un mec, quoi. Il néglige la composante temporelle.